Zelensky purge son administration à la suite des scandales de corruption

SERGEI SUPINSKY / AFP

Une dizaine de responsables gouvernementaux ukrainiens ont démissionné ou ont été limogés mardi par Volodymyr Zelensky qui, note le journal canadien Globe and Mail, “adopte une ligne dure” face à une série de scandales de corruption à un moment où le pays appelle à davantage de soutien militaire occidental.

C’est le premier remaniement ministériel “substantiel” depuis le début de l’invasion russe en février dernier et “il n’a rien à voir avec les déboires sur le front” ou “avec les difficiles négociations internationales pour obtenir plus d’armes”, constate le quotidien espagnol El País. La raison est toute autre, et c’est une “vieille connaissance de la société ukrainienne” : la corruption politique.

Le président Volodymyr Zelensky a défendu mardi soir des décisions “nécessaires” pour “se rapprocher des institutions européennes”. “Tous les problèmes internes qui empêchent l’État de se renforcer sont en train d’être réglés et le seront encore davantage” à l’avenir, a-t-il souligné dans son allocution quotidienne, rapportée par le journal suisse Le Temps.

“Le parrain des régions” limogé

Au total, cinq gouverneurs régionaux, quatre vice-ministres et deux responsables d’une agence gouvernementale vont quitter leurs postes, en plus du procureur général adjoint et du chef de cabinet adjoint du président.

Ce dernier, Kyrylo Timoshenko, très proche de Zelensky et surnommé “le parrain des régions” parce qu’il faisait le lien entre la présidence et les différents potentats locaux –, est accusé d’avoir bénéficié des faveurs d’hommes d’affaires lors d’attributions de marchés publics depuis le début de la guerre, rappelle le quotidien italien Il Corriere della Sera.

À l’origine du scandale, le journal ukrainien Pravda avait découvert en décembre que Timoshenko conduisait une Porsche mystérieusement “offerte”. Le journaliste ukrainien d’investigation Denis Bihus avait par ailleurs révélé en octobre que l’homme politique aujourd’hui limogé s’était procuré un SUV donné par General Motors au titre de l’aide humanitaire. Timoshenko sera remplacé par Oleksii Kuleba, l’ex-chef de l’administration militaire de la région de Kiev.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :