Zelensky dans l'est, Severodonetsk pilonné: le point au 95e jour de la guerre en Ukraine

Volodymyr Zelensky en déplacement dans la région de Kharkiv, le 29 mai 2022 - STR / Ukrainian presidential press-service / AFP
Volodymyr Zelensky en déplacement dans la région de Kharkiv, le 29 mai 2022 - STR / Ukrainian presidential press-service / AFP

Au lendemain de l'annonce par la Russie de la prise de la très stratégique ville de Lyman, Moscou accentue son action dans le Donbass, cible privilégiée par Vladimir Poutine où l'armée du Kremlin semble prendre désormais le dessus. Le point au 95e jour de la guerre en Ukraine.

• Severodonetsk et Lyssytchansk prises pour cible

Désormais, c'est autour des villes clés de Severodonetsk, pilonnée sans relâche, et de Lyssytchansk, sa ville jumelle, que l'étau des forces russes de resserre. Sur l'antenne de BFMTV ce dimanche, Roman Vlasenko, chef du district de Severodonetsk, assure que six personnes ont trouvé la mort dans des frappes russes survenues dans la ville.

Sur place, "l'ennemi a mené des opérations d'assaut", selon un rapport de l'état-major de l'armée ukrainienne publié dimanche. Selon le gouverneur Gaïdaï, l'assaut russe se poursuit dans la ville avec des combats de rue.

La situation à Lyssytchansk s'est "largement aggravée", a assuré sur Telegram le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

"Un obus russe est tombé sur un immeuble d'habitation, une fille est morte sur place et quatre personnes ont été hospitalisées", a-t-il dit. La journée de la veille a été "difficile" dans la ville, a-t-il ajouté, évoquant un cinéma détruit et 22 immeubles endommagés. 876450610001_6306964843112 "La semaine prochaine sera très dure", avait admis samedi le gouverneur Gaïdaï, en considérant toutefois que les forces russes ne seraient "pas en mesure de réussir tout ce qu'elles planifient dans un avenir proche".

Plus au sud-ouest, les forces russes s'approchent de la ville de Soledar, à quelques kilomètres de Bakhmut. Or "la prise de Soledar, puis celle de Siversk depuis Ozerne au Nord, suffiraient à couper Severodonetsk-Lysychansk de toute communication. Les neuf brigades et régiments ukrainiens, soit 1/6ème environ de la force opérationnelle terrestre ukrainienne, se trouveraient ainsi prises au piège", fait valoir l'historien Michel Goya.

• Premier déplacement dans l'est pour Zelensky

Au lendemain de sa prise de parole au cours de laquelle il avait accusé Moscou de "génocide" et promis de "tout faire" pour défendre le Donbass, le président ukrainien s'est rendu pour la première fois depuis le début du conflit dans l'Est du pays. Plus précisément, le dirigeant ukrainien est retourné dans la région de Kharkiv, d'où la Russie a retiré ces dernières semaines ses troupes pour les concentrer sur d'autres fronts.

"2229 maisons détruites à Kharkiv et dans la région. Nous restaurerons, reconstruirons et ferons revenir la vie. À Kharkiv et dans toutes les autres villes et villages où le mal est venu", a-t-il déclaré sur Telegram, accompagnant son message d'une vidéo de sa visite. Malgré une tranquillité relative, Kharkiv est encore sporadiquement visée par des frappes dans sa partie orientale.

Les images le montrent inspectant les destructions et des véhicules détruits sur le bord de la route, vêtu d'une tenue kaki et d'un gilet pare-balle, accompagné de collaborateurs et de soldats armés.

"Dans cette guerre, les occupants tentent d'obtenir un résultat quel qu'il soit. Mais ils doivent comprendre depuis longtemps que nous défendrons notre terre jusqu'au bout. Ils n'ont aucune chance. Nous nous battrons et nous gagnerons", a insisté Volodymyr Zelensky.

Lors de ce même déplacement, le président ukrainien a déclaré qu'il avait limogé le chef des services de sécurité de Kharkiv, qui selon lui "ne travaillait pas à la défense de la ville" depuis le début de l'invasion russe.

"Je suis venu, j'ai vu, et j'ai limogé le chef des services de sécurité de la région (de Kharkiv), parce qu'il ne travaillait pas à la défense de la ville depuis les premiers jours de cette guerre, mais ne pensait qu'à lui-même", a expliqué le président Zelensky dans son message vidéo quotidien. 876450610001_6306969512112

• L'Allemagne en retard dans ses livraisons d'armes

Selon le quotidien allemand Die Welt, Berlin a réduit au minimum ses livraisons d'armes à l'Ukraine depuis plusieurs semaines. Entre le 30 mars et le 20 mai, seules deux livraisons ont été effectuées vers Kiev: des mines antichars et des pièces de rechange pour des mitraillettes.

Selon le quotidien d'outre-Rhin, ces retards s'expliquent par la lenteur de la formation des soldats ukrainiens, alors que l'Allemagne avait promis la livraison de chars Leopard, extrêmement attendus par Kiev. Les 15 premiers appareils ne devraient donc pas arriver avant fin juillet les 15 suivants sont attendus fin août, apprend-on encore.

Déjà critiquées en avril dernier pour son manque de soutien à l'Ukraine, les autorités allemandes avaient laissé filtrer des chiffres bien plus importants concernant les chars: 50 voire 100 appareils étaient prêts à être livrés.

876450610001_6305453183112

• La Serbie renforce ses liens avec Moscou

A contre-courant. Alors que la plupart des pays occidentaux tentent de se défaire de l'emprise russe en ce qui concerne l'approvisionnement en gaz, la Serbie a signé avec Moscou une extension pour trois ans de son accord d'approvisionnement en gaz russe à bas prix, a annoncé dimanche le président Aleksandar Vucic.

C'est "de loin le meilleur deal en Europe", a-t-il affirmé, après un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine.

La Serbie qui est candidate pour rejoindre l'Union européenne est restée proche du Kremlin depuis l'invasion de l'Ukraine. Si la Serbie a condamné l'agression russe à l'ONU, elle s'est ainsi refusée à s'aligner sur les sanctions européennes contre Moscou qui continue à lui fournir du gaz à prix d'ami.

Avec ce nouvel accord, la quasi-totale dépendance de la Serbie à l'égard de la Russie est réaffirmée et ce, d'autant plus que Moscou détient une part majoritaire dans la compagnie nationale serbe de pétrole et de gaz.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles