Zelensky dénonce à l'ONU un «crime contre l'humanité» après des frappes sur des infrastructures

AP - Andrew Kravchenko

Volodymyr Zelensky a dénoncé ce 23 novembre, devant le Conseil de sécurité, l’attaque russe contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes, un « crime contre l’humanité » selon lui. Convoqués à la hâte, les membres du Conseil ont en grande majorité condamné les bombardements, dénoncé l’impact sur les civils, mais ont été bien impuissants et se sont gardés de répondre aux demandes répétées du président ukrainien de transformer les règles aux Nations unies pour neutraliser les vetos russes.

Une convocation du Conseil de dernière minute par les États-Unis pour continuer à réagir immédiatement aux frappes de Moscou : 70 missiles russes se sont abattus sur l’Ukraine mercredi, en une seule journée, selon Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a dénoncé « la formule de terreur russe » et a demandé à la communauté internationale de réagir de manière déterminée, rapporte notre correspondante à New York, Carrie Nooten.

« Avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens sans fourniture d’énergie, sans chauffage et sans eau, il s’agit évidemment d’un crime contre l’humanité. Nous devons sortir le monde de ce cul de sac, c’est possible. Nous ne pouvons rester les otages d’un (État) terroriste international. »

► À lire aussi : Ukraine: des frappes russes entraînent des coupures massives d'eau et d'électricité

Se concentrer sur la paix


Lire la suite sur RFI