Zelensky confirme la mort des 60 civils disparus après le bombardement de l'école de Bilogorivka

Volodymyr Zelensky dans un message vidéo le 8 mai 2022 - BFMTV
Volodymyr Zelensky dans un message vidéo le 8 mai 2022 - BFMTV

876450610001_6305806965112

Le pire était à craindre après le bombardement d'une école ce samedi dans la région de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine. Ce dimanche soir dans un nouveau message vidéo à un sommet du G7, le président Volodymyr Zelensky a confirmé la mort de "60 civils" qui étaient jusqu'ici portés disparus, dans une école du village de Bilogorivka.

"Hier encore, dans le village de Bilogorivka dans la région de Lougansk, une bombe russe a tué 60 personnes, des civils. Ils se protégaient des bombardements dans le bâtiment d'une école, qui a été attaquée par des frappes aériennes", a confirmé le président ukrainien.

"Impossible" d'intervenir pour les services de secours

Dans un premier bilan communiqué sur Telegram, le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï avait évoqué l'école "complètement détruite" en faisant état de "90 personnes" sur place, dont 27 avaient été sauvées. Il avait estimé que les soixante personnes restantes étaient "très probablement mortes", décrivant des conditions très difficiles de sauvetage sur les lieux du bombardement.

"Il a été impossible pendant la nuit aux services de secours de travailler là-bas en raison de frappes. Il leur aurait fallu éclairer le site, ce qui aurait attiré de nouveaux bombardements", a expliqué le responsable, précisant que la température avait été très élevée après l'explosion qui a "complètement soufflé" l'école.

Ce dimanche soir, le chef d'État ukrainien a donc confirmé ce qui était redouté, fustigeant les "violents bombardements" qui ont touché plusieurs régions du pays.

"C'est comme si ce n'était pas le 8 mai aujourd'hui, comme si demain n'était pas le 9, alors que le maître mot devrait être la paix pour tous les gens normaux", a déploré Volodymyr Zelensky dans son message vidéo.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "horrifié" par le bombardement, selon son porte-parole. Le même jour, la Première dame des États-Unis Jill Biden a rencontré son homologue ukrainienne Olena Zelenska dans une école en Ukraine près de la frontière avec la Slovaquie, où elle se trouvait cette semaine.

876450610001_6305800410112

Alors que la Russie prépare les célébrations, prévues ce lundi, de la victoire sur l'Allemagne nazie en 1945, que le président russe Vladimir Poutine compare souvent au conflit meurtrier en cours en Ukraine, ce dernier se poursuit sans perspective prochaine d'accalmie.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles