Zelensky affirme que les Ukrainiens n'acceptent pas la décision du Canada sur les turbines de Nord Stream

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse avec les chefs d'État français, allemand et roumain, au palais Mariinsky à Kiev, le 16 juin 2022.  - Ludovic MARIN / POOL / AFP
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse avec les chefs d'État français, allemand et roumain, au palais Mariinsky à Kiev, le 16 juin 2022. - Ludovic MARIN / POOL / AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti ce dimanche, dans un entretien téléphonique avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, que les Ukrainiens n'accepteraient jamais la décision canadienne de renvoyer des turbines en Allemagne "en violation du régime de sanctions" contre la Russie.

Il s'agissait du premier entretien entre les deux dirigeants depuis la décision canadienne, la semaine dernière, de permettre le retour en Europe de turbines réparées au Canada et destinées au gazoduc russe Nord Stream. Volodymyr Zelensky avait vivement critiqué cette décision, la jugeant "inacceptable".

Dans sa déclaration quotidienne diffusée sur le site de la présidence, Zelensky dit avoir affirmé à Justin Trudeau que "les Ukrainiens n'accepteraient jamais la décision du Canada concernant les turbines Nord Stream"

"C'est une question de respect des sanctions. S'il y a une violation maintenant, cela ne tardera pas avant qu'il y en ait d'autres", a ajouté le président en accusant la Russie de pratiquer un chantage au gaz et en soulignant qu'il y avait d'autres moyens d'acheminer le gaz russe en Europe.

"Une question de respect des sanctions"

Le président ukrainien s'était montré moins précis dans un tweet publié après la conversation indiquant, sans évoquer directement la question des turbines, que la position internationale sur les sanctions devait "être fondée sur les principes" et que la pression sur Moscou devait être accrue plutôt qu'allégée.

Ottawa justifie sa décision, qui exempte ces turbines réparées au Canada des sanctions économiques imposées à la Russie, par la nécessité de ne pas compromettre l'approvisionnement énergétique de l'Europe et de l'Allemagne en particulier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles