Zapping télé de la semaine #29 : Une présentatrice fond en larmes en direct, Patrice Evra recadré…

Pour cette dernière semaine de printemps, la télévision étrangère ne nous a pas déçus. On a encore assisté à des séquences sous haute tension mais aussi à des moments particulièrement émouvants. La preuve en images.

(c) Capture d’écran YouTube

#1 Patrice Evra pris en flagrant délit de sexisme
Invité sur la chaîne ITV, Patrice Evra a commenté la Coupe du Monde 2018 dimanche 17 juin dernier. Eniola Aluko – joueuse de football dans l’équipe de la Juventus – se trouvait également sur le plateau pour analyser les matches du jour. Une fois l’explication de la jeune femme terminée, l’ancien footballeur a applaudi spontanément (et tout seul) en lâchant un “très bien”. Un geste jugé sexiste par les téléspectateurs et par l’animatrice qui lui a demandé un peu plus tard dans l’émission : “Allez-vous rester assis et applaudir l’expertise d’Eni toute la journée ?”. Le joueur s’est finalement défendu en affirmant qu’il était réellement “impressionné” par sa collègue.

#2 Le père de Meghan Markle s’exprime pour la première fois depuis le mariage princier
La chaîne ITV a décroché LE scoop que tous les médias voulaient. Dans l’émission Good Morning Britain du lundi 18 juin, Thomas Markle a répondu pendant deux heures aux questions des présentateurs. Le père de Meghan Markle est revenu sur son absence lors du mariage de sa fille avec le prince Harry en avouant avoir fait une “grave erreur” en acceptant d’être rémunéré pour une fausse paparazzade. Mais surtout, il a sous-entendu que son beau-fils était favorable à Donald Trump car il lui aurait dit de lui dit de lui donner une “chance”. Sachant que la famille royale ne doit pas donner ses opinions politiques, c’est ce qui s’appelle mettre les pieds dans le plat.

#3 Une présentatrice fond en larmes en direct et rend l’antenne
L’animatrice vedette de la chaîne américaine MSNBC a été contrainte de rendre l’antenne. Rachel Maddow n’a pas pu aller au bout de son JT lorsqu’elle a lu face caméra une dépêche qu’elle venait de recevoir. Elle a eu beaucoup de mal à retenir des sanglots en annonçant aux téléspectateurs qu’il existait des camps pour les enfants de migrants et a préféré céder la parole à un journaliste en duplex.

Katia Rimbert