Zaporijia : le chef de l'AIEA affirme que "l'intégrité physique de la centrale a été violée à plusieurs reprises"

Partie en début de semaine, l'équipe de l'Agence internationale de l'énergie atomique est arrivée ce jeudi à la centrale nucléaire de Zaporijia.

"J'étais inquiet et je vais continuer à être inquiet". Rafael Grossi, le directeur général de l'AIEA, s'est montré des plus préoccupés après sa visite de la centrale nucléaire de Zaporijia, située en Ukraine et occupée par les forces russes.

"Une chose est évidente : l'intégrité physique de la centrale a été violée à plusieurs reprises, pas par hasard mais de manière délibéré ", a déclaré le directeur général de l'AIEA devant des journalistes, "c'est la réalité à laquelle nous sommes confrontés et que nous devons reconnaître, c'est quelque chose qui ne peut pas se poursuivre".

"Nous avons beaucoup de travail à faire"

Rafael Grossi explique que lui et ses équipes ont toutefois pu avoir accès à la salle de contrôle de la centrale et parler aux équipes opérant sur le site.

"Nous n'allons pas partir, nous sommes là et nous y restons", a assuré Rafael Grossi, affirmant que l'AIEA va "avoir une présence continue à la centrale". "Mon équipe est sur place et nous avons beaucoup de travail à faire, avec une analyse détaillée de certains aspects techniques", a-t-il enfin conclu.

Les deux belligérants s'accusent depuis des semaines de mettre en danger la sécurité de cette centrale nucléaire, la plus grande d'Europe.

Un des deux réacteurs en fonctionnement a été arrêté en raison de bombardements russes, a annoncé jeudi l'opérateur ukrainien des centrales atomiques Energoatom selon lequel un des six réacteurs continue de fonctionner.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Benjamin Hautecouverture : "La centrale nucléaire de Zaporizhzhia, c’est une ressource stratégique sur laquelle est en train de mettre la main l’ennemi"