La Zambie reconnait avoir de sérieuses difficultés de trésorerie

·2 min de lecture

N’ayant pas pu honorer une échéance de 42,5 millions de dollars à ses créanciers occidentaux en octobre, la Zambie reconnaît qu’elle a de sérieuses difficultés dans sa trésorerie, mais dit qu’elle n’est pas en défaut de paiement. Lusaka explique avoir choisi délibérément de ne rembourser aucun bailleur.

« Tous les créditeurs doivent être traités équitablement », selon le gouverneur de la Banque centrale zambienne, Christopher Mvunga. Devant rembourser 42,5 millions dollars en octobre à des prêteurs privés, la Zambie ne disposait que de 36 millions de dollars. Lusaka a donc choisi de ne privilégier ni Pierre ni Chang. Le 2e producteur africain de cuivre ayant aussi bien des dettes envers des préteurs occidentaux et chinois.

Refus d'un moratoire par les créanciers

Arguant des difficultés causées par la pandémie du coronavirus, la Zambie avait demandé un moratoire de 6 mois à ses créanciers privés en septembre. Elle a essuyé un refus catégorique, les prêteurs du nord craignant d’être doublés par les prêteurs chinois. Le but des récentes déclarations du gouverneur de la Banque centrale zambienne est donc de les rassurer, en précisant que tous les créanciers seront traités « de la même manière ».

Ce qui ne va pas convaincre les bailleurs privés du nord, qui demandent au Fonds monétaire international d’intervenir auprès de la Zambie, pour qu’elle clarifie les conditions d’emprunt à la Chine.

En attendant la remontée des cours du cuivre, la Zambie peut espérer trouver un ballon d’oxygène avec les discussions du G20, sur une possible annulation de la dette publique. Cela permettrait d’entrevoir une revue de l’échéancier des remboursements aux créanciers privés. Avec 12 milliards de dollars à rembourser à court, moyen et long termes, la Zambie a aujourd'hui un taux d'endettement de 80 %.

►À lire aussi : Zambie: le défaut de paiement menace le pays