Yves Mersch, mâle désigné à la BCE

Libération.fr

A défaut de se mettre d’accord sur le budget européen (lire page 15), les Vingt-Sept ont au moins réussi à prendre une décision, et pas des plus glorieuses : passer sur le corps du Parlement et nommer le Luxembourgeois Yves Mersch, 63 ans, au directoire de la Banque centrale européenne (BCE). Seule l’Espagne a voté contre l’arrivée de l’actuel gouverneur de la banque centrale du Luxembourg, à la réputation de «faucon», au directoire de la BCE. Pour justifier son vote, qui revient à exclure la présence de femmes de cette instance jusqu’en 2018 (les dix-sept dirigeants de banques centrales qui siègent au Conseil des gouverneurs sont également uniquement des mâles), François Hollande a expliqué qu’un deal avait été passé avec le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, au sommet européen de juin. «Nous l’avons sollicité pour poursuivre son travail à la tête de l’Eurogroupe, qu’il préside depuis 2004, a expliqué le chef d’Etat français. Il nous a donné son accord si un Luxembourgeois était nommé au directoire et j’ai accepté.» Mais, c’est promis, la France «prend l’engagement pour toutes les nominations [européennes] qui viendront» d’être «attentive à la parité». On a le droit d’être dubitatif. J.Q. Photo AFP

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Les Vingt-Sept rentrent de Bruxelles avec le budget dans les chaussettes
Florange : ArcelorMittal refuse de tout vendre
General Motors négocie la cession d'une usine à Strasbourg
Standard&Poor's maintient la perspective négative de la France
Le risque d'échec plane sur le sommet européen