Yves Lecoq endetté, l'imitateur se confie sur ses grosses difficultés financières : "Tous les matins, c'est tel huissier à appeler" (VIDEO)

Yves Lecoq n'est pas qu'un imitateur mais également un châtelain amateur et propriétaires de plusieurs châteaux. Des demeures dont l'entretien représente un coût évidemment non négligeable. Problème, si Yves Lecoq a pu (très bien) gagner sa vie à l'époque des Guignols ou des Grands du rire, la disparition de ces deux émissions ont compliqué la donne financière... Et de s'en expliquer ce mardi à Jordan de Luxe, alors qu'il était invité de son émission, L'Instant de Luxe.: "En ce moment, c'est pas terrible ! Vous savez quand on vous arrête, du jour au lendemain... J'ai pas d'impôt de la fortune, tellement je suis endetté sur les châteaux..."

"Tous les matins, c'est tel huissier à appeler"

"J'ai des charges, pour ces châteaux, qui continuent à tomber, et plus de revenus..." explique t-il, ajoutant qu'il est contraint de vendre certains de ses biens, dont "un appartement à Paris ou des terres agricoles" pour faire face. Et il le faut... "C'est 10 000 euros par mois", annonce Yves Lecoq, évoquant les frais liés à un seul de ses châteaux. Ce qui l'endette considérablement et provoque quelques situations désagréables... "C'est quand même pas très agréable, parce que tous les matins, c'est tel huissier à appeler, tel huissier à appeler, alors petit à petit, on règle, avec des arrangements..." D'autant qu'il précise n'avoir pas mis d'argent de côté...

20 000 euros pour les Guignols, entre 10 et 15 000 sur France 3

Pourtant, de l'argent, il en a gagné beaucoup... Surpris par sa situation financière,

Retrouvez cet article sur Télé 2 semaines

Ruth Elkrief répond aux critiques de Quotidien : "C'est le vieux monde"
Fort Boyard : découvrez quel personnage emblématique quitte le jeu
Patrick Bruel fait un magnifique geste en faveur de plusieurs associations
Jean-Luc Reichmann vend sa société de production à Endemol pour 10,9 millions d'euros !
Artus s'en prend à Kim Glow : "N'hésite pas à fermer ta g..." !