Yves Lévy, professeur d'immunologie clinique : "Le virus pourrait circuler pendant des années"

·1 min de lecture

En espérant se tromper, le spécialiste des maladies infectieuses appelle à la prise en compte du scénario noir d'un Sars-CoV-2 échappant régulièrement aux vaccins.

Ancien PDG de l'Inserm, le médecin Yves Lévy, directeur de l'Institut de recherche vaccinale (VRI) au CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), est un spécialiste du système immunitaire. Depuis un an, il est engagé dans la course au vaccin contre le Covid-19. Comme d'autres immunologistes à travers le monde, il redoute que le virus s'installe durablement.

Lire aussi - Covid-19 : on fait le point sur les nouveaux variants et leur présence en France

L'apparition des variants anglais, sud-africain ou brésilien est-elle surprenante?

Au contraire, les mutations, aléatoires sont des phénomènes courants. Un virus, c'est une photocopieuse qui se multiplie des milliards de fois dans l'organisme. Ce faisant, il fait des erreurs. Soit elles lui sont défavorables et le virus variant décline. Soit elles lui sont favorables, et sa contagiosité – et/ou sa dangerosité – augmente. La finalité d'un virus est simplement de survivre ; de survivre au mieux. C'est un mécanisme darwinien implacable : les mutants les plus efficaces finissent par prendre le dessus. Le Sars-CoV-2 qui nous a frappés en mars était déjà une souche plus contagieuse que celle détectée en Chine.

“Le système immunitaire, qui nous défend, permet au virus de s'échapper”

Mais pourquoi autant de mutants plus contagieux surgissent-ils aujourd'hui?

Plus le virus circule au cours d'une épidémie, plus le nombre de personnes touchées augmente, plus le risque de mutations s'accroît. Notre organisme essaie de contrôler le virus en d...

Ce contenu peut également vous intéresser :

Lire la suite sur LeJDD