Yvelines : les pickpockets écumaient les fast-foods et cafétérias

Julien Constant
Illustration. Les malfrats ont volé portefeuilles entre 2015 et 2017 à des clients de cafétérias et de fast-food un peu partout dans le département

Sept hommes utilisaient toujours la même technique, dite « du dos à dos », pour subtiliser le portefeuille des clients.


Ils ont sévi à Maurepas, Rambouillet, Plaisir, Montesson, Flins-sur-Seine, mais aussi en Eure-et-Loir, dans le Loiret, en Côte d’Or, en Indre-et-Loire et en Seine-Maritime. Sept hommes, âgés de 32 à 54 ans, ont été condamnés, mercredi, par le tribunal correctionnel de Versailles, à des peines allant de 140 heures de travaux d’intérêt général à trois ans de prison ferme. Ils ont été reconnus coupables de seize vols de portefeuilles commis entre 2015 et 2017 dans des cafétérias et fast-food. Sitôt leur méfait accompli, ces voleurs itinérants allaient retirer de l’argent à un distributeur. Le préjudice, pour les victimes, s’élève à plus de 26 000 €.

La particularité de ces spécialistes du vol à la tire, c’est qu’ils sont tous originaires de la même ville en Algérie. Leur technique, bien rodée, était toujours la même, et ciblait des restaurants rapides, comme Mc Donald’s et Quick ou les cafétérias d’Ikea, de Cora ou Flunch. L’un des malfrats se glisse dans la file d’attente et surprend le code de carte bancaire lorsque le client paye à la caisse. Un autre s’assied derrière ce dernier et, sans se retourner, subtilise son portefeuille dans son manteau. Dans le milieu, on appelle ça le « dos à dos », une technique bien connue des pickpockets. Les voleurs se pressent ensuite vers un distributeur de billets, retirant entre 1 000 et 2 500 €. Les enquêteurs ont fini par les identifier grâce aux images de vidéosurveillance et au bornage téléphonique.

Aussi bien les quatre suspects détenus que leurs complices qui comparaissaient libres, tous reconnaissent les faits devant les magistrats. Mais ils minimisent la portée de leurs actes, invoquant leur état de nécessité. « On a tous volé des cartes et ensuite on partageait à parts égales. J’ai fait ça parce que j’étais en galère. Je ne vole pas toujours », souffle ainsi l’un d’eux.

Seul Messaoud, 36 ans, déjà condamné (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Sartrouville : alerte aux «personnes malveillantes» près du collège
Qui sera le président des Républicains des Yvelines?
Alexandra Dublanche, candidate à la présidence de LR 78, veut « donner une image renouvelée des pratiques et des méthodes »
Pierre Bédier, candidat à la présidence de LR 78 : « je me suis employé à redonner aux militants l’envie d’y croire »
Manger bon et local en Ile-de-France et Oise : nos bonnes adresses