Yvelines : panique à la vue d’un avion de ligne escorté par un Rafale

·1 min de lecture
Un Rafale a escorté un avion de ligne, qui effectuait un exercice de ravitaillement, samedi dans les Yvelines. (Illustration)
Un Rafale a escorté un avion de ligne, qui effectuait un exercice de ravitaillement, samedi dans les Yvelines. (Illustration)

Un Airbus A330 MRTT Phénix, escorté par un Rafale, a survolé le ciel d?Île-de-France samedi 11 septembre, avant de se poser à Vélizy-Villacoublay dans les Yvelines, sous l??il inquiet des témoins de la scène. Inquiétude légitime puisque samedi marquait la commémoration des 20 ans du 11 septembre 2001, quand les tours jumelles du World Trade Center de New York ont été percutées par des avions de ligne détournés par des terroristes d?Al-Qaïda. Mais, rapporte BFMTV, dans le cas présent, il n?y avait pas de quoi paniquer. Il s?agissait d?un simple exercice de l?armée de l?air. Qui plus est, le Premier ministre Jean Castex et la ministre des Armées, Florence Parly, se trouvaient à bord de l?avion.

« On a entendu comme une déflagration. Aujourd?hui, on est le 11 septembre, on ne sait pas s?il est crashé? Forcément, on pense à ça », a témoigné une femme vivant à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine. Ce département a en effet également pu apercevoir l?avion escorté dans le ciel. Plusieurs internautes ont filmé ce qui se passait et l?ont partagé sur les réseaux sociaux. Matignon a précisé que l?avion en question participait en réalité à un exercice de ravitaillement et qu?il n?y avait eu aucune simulation d?interception.

L?avion utilisé pour les évacuations de Kaboul

L?avion qui a servi à cet exercice a fait l?actualité ces dernières semaines. Il s?agit de « l?A330 MRTT Phénix [?]; qui a assuré les liaisons d?évacuations d?Afghanistan », a expliqué BFMTV.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles