Yvelines : un gendarme condamné à six mois de prison pour homicide involontaire

© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Un gendarme a été reconnu coupable d'homicide involontaire et condamné mardi à six mois de prison avec sursis par le tribunal de Versailles, après le décès d'un homme au cours d'une garde à vue en 2014 dans les Yvelines. Cet officier de police judiciaire dans une brigade était poursuivi pour avoir placé la victime, âgée de 42 ans et fortement alcoolisée, dans une cellule à température très basse, entre six et huit degrés, toute une nuit. Sa peine n'a pas été inscrite à son casier judiciaire et il peut donc continuer d'exercer ses fonctions. Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis.

Mort d'hypoglycémie dans sa cellule

La victime, élue d'une commune du département, interpellée à son domicile pour un délit de fuite à la suite d'un accident de la route léger et une conduite en état d'ébriété, est morte dans la nuit du 11 au 12 janvier 2014 dans une cellule de dégrisement dans laquelle elle a été placée vers 19h30. L'homme présentait alors un taux de 2,60 grammes d'alcool dans le sang.

Après une nuit passée seul dans la cellule sans surveillance, il avait été retrouvé nu, sans vie, le lendemain matin. Il est décédé par hypoglycémie du fait de la combinaison du froid et de son taux d'alcoolémie élevé et d'une crise d'épilepsie, selon l'expertise médicale.

>> À VOIR - Mise en examen d'un gardien de la paix pour homicide volontaire : les policiers inquiets pour leur profession

"Ce n'est pas le fruit du hasard"

"On met un homme en garde à vue alors qu'on n'a pas le...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles