Yvelines : deux employées d'une boulangerie auraient détourné 7500 euros

Les deux femmes auraient prélevé régulièrement des paiement en espèces depuis le mois de juin (Photo : Chesnot/Getty Images) (Getty Images)

Les deux collègues avaient pris l'habitude de prélever des paiements en espèce qu'elles se répartissaient ensuite sur le parking d'un hôtel voisin.

Elles disent avoir "cédé à la tentation". Deux femmes âgées de 25 et 44 ans ont été interpellées et placées en garde à vue ce mercredi 23 novembre à Versailles (Yvelines). Toutes deux salariées de la boulangerie d'un Intermarché situé dans la commune voisine de Buc, elles sont soupçonnées d'avoir volé d'importantes sommes d'argent à leur employeur.

Comme le rapporte 78 Actu, le gérant de la boulangerie en question avait récemment constaté "une baisse de près de 14 000 euros du chiffre d’affaires" de l'établissement. Persuadé que ce manque à gagner était dû aux agissements de deux de ses employées, il a porté plainte contre elles au commissariat de Versailles, déclenchant l'ouverture d'une enquête.

Trahies par les images de vidéosurveillance

En menant leurs investigations, les policiers ont rapidement trouvé des preuves accablantes étayant les accusations du gérant. En consultant les images de vidéosurveillance de la boutique et de la zone commerciale avoisinante, les enquêteurs ont pu établir que les deux boulangères avaient pris l'habitude, depuis le mois de juin 2022, de ne pas enregistrer certains paiements en liquide et de glisser les espèces ainsi récupérées dans une enveloppe. Elles se partageaient ensuite les sommes récoltées en fin de journée, sur le parking d'un hôtel voisin. Le montant du préjudice pour le magasin est chiffré à 7 500 euros par les enquêteurs.

Des anomalies ont également été repérées sur les comptes bancaires des deux suspectes, qui ont finalement été arrêtées ce mercredi. 78 Actu précise qu'une caissette contenant 900 euros en liquide a été saisie au domicile de la plus âgée. Selon le média local, les deux femmes ont reconnu les faits au cours de leur garde à vue et sont ressorties libres, "avec une convocation en justice". "Elles ne souffraient pas de problème financier particulier, indique une source policière à 78 Actu. Elles ont expliqué avoir tout simplement cédé à la tentation."