Étreintes et youyous : la chute de Moubarak à travers les images des manifestants égyptiens

·3 min de lecture

Le 11 février 2011, les Égyptiens ont été surpris par l’annonce, en direct à la télévision nationale, de la démission du dictateur Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981. Plusieurs centaines de milliers de manifestants occupaient, lors de l’annonce ce soir-là, les rues de la capitale et d’autres grandes villes égyptiennes. Ils fêtaient en direct la chute d’un régime vieux de 29 ans. À travers les images amateur tournées sur place, retour sur une soirée riche en émotion et pleine d’espoir.

Il est 18 h 02 lorsque le journal télévisé interrompt sa programmation pour laisser place à une annonce spéciale de la présidence de la République. "Face aux circonstances graves que traverse le pays, le président Hosni Moubarak a décidé d’abandonner le poste de président de la République", annonce, solennellement, le vice-président de l’époque, Omar Souleiman.

L’annonce a été diffusée en temps réel dans les sites principaux où se réunissaient les manifestants par milliers, comme la place Tahrir au centre du Caire. Les manifestants, d’abord incrédules, finissent par croire à l’impensable et se félicitent de la chute de Moubarak.

Des vidéos amateur tournées dans la rue, pendant la diffusion du bref discours officiel, montrent des Égyptiens s’enlacer, larmes aux yeux, en répandant la nouvelle : "Moubarak a abandonné la présidence ! Il est parti !" Des manifestants sautent devant les tanks de l’armée, courent partout, ivres de joie.

Vidéo tournée le soir du 11 février 2011 sur la place Tahrir au Caire, symbole de la révolution égyptienne, lors des dernières secondes de l’annonce de la démission de Moubarak.

Dans les grandes villes, on se rassemble immédiatement sur les places principales des sit-in et des mobilisations des jours précédents. Place Tahrir, au Caire, des feux d'artifices sont allumés et des chants accompagnent les festivités, qui durent une bonne partie de la nuit du 11 février.

Vidéo tournée le soir du 11 février 2011, place Tahrir, au Caire. On y voit un spectacle de lumière (en vert) avec la phrase "Le peuple a fait tomber le régime", puis le drapeau de l'Égypte.

"Bravo aux Égyptiens !", scandent des manifestants de la place Tahrir quelques minutes après l’annonce de la démission du président Moubarak. "Nous étions hystériques, une joie sans fin", commente l’auteur de cette vidéo, postée sur Facebook un an jour pour jour après la chute de Moubarak :

Dans plusieurs villes du pays, les posters géants du président égyptien, qui ornaient plusieurs bâtiments, rues et gares, sont déchirés et jetés, depuis le début de la mobilisation, le 25 janvier de la même année. Le 11 février, d’autres villes en font de même, comme à El Fayoum (100 km au sud du Caire), sous les youyous joyeux des manifestants.

Des manifestants font tomber un portrait géant de Hosni Moubarak de la devanture du stade d’El Fayoum, le 11 février 2011.

Des artistes entreprennent de chanter des hymnes à la liberté, en pleine rue, appelant à la solidarité. Comme le chanteur égyptien Ramy Essam, exilé depuis 2015 en Suède. "Tous ensemble, nous demandons une seule chose : dégage, dégage ! Nous ne partirons pas, c’est lui [Moubarak] qui partira", chante-il place Tahrir ce soir-là.

D’autres images en provenance de Suez témoignent de cette joie hystérique que décrivent les internautes. Des manifestants sont montés sur des chars de l’armée qui défilent. Sur un fond assourdissant de klaxons de joie, ils entonnent : "Les Égyptiens l’ont fait ! Le peuple a fait tomber le régime."

Vidéo tournée le soir du 11 février 2011 à Suez (nord-est). Images : site d’archives 858.ma.

Des prières de rue spontanées sont organisées, en masse, en signe de reconnaissance pour la démission du dictateur égyptien. Au Caire ou à Suez, des manifestants se prosternent à même le sol, par milliers, dans des scènes impressionnantes. Puis ils se lèvent et dansent en chantant : "Ce soir, c’est l’Aïd (la fête en français) !"

Vidéo tournée le soir du 11 février 2011 à Suez (nord-est). Images : site d’archives 858.ma.