Le YouTubeur et vidéaste Grégoire Hussenot est mort à 29 ans

Avec son bonnet et sa pancarte, Grégoire Hussenot voulait encourager la bienveillance et les initiatives positives.

CULTURE - Un incontournable bonnet ourson et une petite Citroën 2CV orange. Avec son accoutrement singulier, Grégoire Hussenot a marqué de nombreux téléspectateurs et internautes, qui suivaient assidûment son programme fétiche: “Vous êtes super”. 

De nombreux fans qui ont eu la tristesse d’apprendre le décès du jeune homme de 29 ans, survenu lundi 25 novembre. C’est son frère Geoffroy qui en a fait l’annonce sur les réseaux sociaux. Sans donner de précision sur les circonstances de ce décès, il précisait simplement qu’une messe aurait lieu ce vendredi 29 en l’église Saint-Germain d’Andrésy, dans les Yvelines. 

Grégoire Hussenot s’était fait connaître au milieu de la décennie, via une initiative singulière et unanimement applaudie. Fatigué par le ton acerbe et parfois méchant des réseaux sociaux, il avait décidé de changer la donne en distribuant de la bienveillance. 

Brandissant une pancarte ornée du slogan “Vous êtes super”, il s’était installé place de la République à Paris, faisant des compliments aux passants qu’il rencontrait. Une “expérience” vidéo qui lui avait valu une renommée certaine, et qui avait donné le départ d’une aventure qui le mènerait jusqu’à la télévision.  

 

Car après YouTube, le jeune homme a décliné son mot d’ordre dans une émission de télé du même nom, diffusée par France 5. Un programme dans lequel il voyageait donc à bord de sa petite voiture, rendant bénévolement service à des gens désireux de s’investir près de chez eux. 

Rénovant des bâtiments emblématiques de petites villes en train de tomber en désuétude, encourageant les bonnes volontés, diffusant des valeurs positives et interpellant encore et toujours les badauds avec sa pancarte, il avait continué à le clamer: chacun d’entre nous est super. 

Après quelques épisodes, le concept de cette émission avait été repris par France 3, qui avait là encore insisté sur l’entraide locale avec “Ensemble...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post