Youtube : Face aux critiques, la plateforme souhaite "ajuster" sa modération des contenus grossiers

Donald Trump interrompu en direct à la télé américaine - Photo Abaca
Donald Trump interrompu en direct à la télé américaine - Photo Abaca

Le service d'hébergement de vidéos avait pris la décision de ne plus monétiser les contenus contenant des insultes ou des mots trop grossiers.

Au fil des années, les polémiques entourant Youtube ont été nombreuses. La plateforme américaine d'hébergement de vidéos change régulièrement son aspect ou sa politique de modération. Des décisions rarement applaudies par ses utilisateurs. L'une d'elles déchaîne les passions depuis le début de l'année. La filiale de Google a décidé d'être beaucoup plus agressive envers les insultes et les contenus vulgaires. Les vidéos en contenant sont automatiquement démonétisées, une mesure appliquée rétroactivement aux anciens contenus.

Mais, cette fois-ci, Youtube semble avoir entendu ses utilisateurs. "Au cours des dernières semaines, nous avons entendu de nombreux créateurs concernant cette mise à jour", précise un porte-parole de YouTube au média spécialisé "TechCrunch". "Ce retour est important pour nous et nous sommes en train d'apporter quelques ajustements à cette politique pour répondre à leurs préoccupations", affirme-t-il.

"YouTube nous casse bien les couilles"

Malgré cette prise de parole, Youtube n'a pas indiqué comment ils souhaitent "ajuster" leurs outils de modération. "Nous ferons prochainement le point avec notre communauté de créateurs dès que nous aurons plus d'informations à partager", adresse sobrement le porte-parole, Michael Aciman. La plateforme pourrait hypothétiquement définir un niveau de gravité. Aujourd'hui, un simple "merde" ou un mot familier comme "bled" est automatiquement considéré comme...

Lire la suite


À lire aussi

Les Enfoirés 2023 : Deux artistes emblématiques de retour après plus de 20 ans d'absence
"Un peu surprise", Delphine Ernotte répond à Cyril Hanouna après son attaque contre France Télévisions
Salto : Le Sénat dénonce un "investissement absurde" et "s'étonne du silence du gouvernement sur cet échec annoncé"