Yonne: soupçonné d'avoir tué son épouse disparue depuis deux ans, un éleveur mis en examen

C'est à Joigny (Yonne) que Chantal Mellet a disparu, le 2 juillet 2020. - Capture Google Street View
C'est à Joigny (Yonne) que Chantal Mellet a disparu, le 2 juillet 2020. - Capture Google Street View

C'est un dossier en cours qui en rappelle un autre. Une épouse disparue en 2020, un mari mis en examen, aucun corps retrouvé à ce jour... En de nombreux points, l'affaire Mellet semble avoir un - presque - équivalent, chez les Jubillar, dans le Tarn.

Frédéric Mellet, un éleveur de chèvres de l'Yonne, a été mis en examen et placé en détention provisoire le 20 mai dernier pour "homicide volontaire", soupçonné d'avoir tué son épouse, Chantal Mellet, apprend ce mercredi BFMTV.com de source judiciaire, confirmant des informations de l'Yonne Républicaine. Depuis le 2 juillet 2020, celle-ci n'a plus donné signe de vie, et son corps, malgré d'importantes recherches, n'a jamais été retrouvé.

"Il est derrière les barreaux juste parce que les enquêteurs n'ont aucune autre piste. C'est de l'acharnement", dénonce l'une des filles du couple, ce mercredi dans Le Parisien.

Une disparition soudaine

"J'attends au quotidien", témoignait Frédéric Mellet auprès de nos confrères de France Bleu Auxerre, en décembre 2020. Attendre un mot, un signe de Chantal Mellet, qu'il dit ne pas avoir vue depuis ce 2 juillet 2020. Ce matin-là, il donne rendez-vous sur les coups de 9 heures à son épouse, avec qui il élevait des chèvres et fabriquait du fromage au sein de leur exploitation, à Joigny, pour discuter d'un "sujet personnel".

Le "sujet" en question, c'est l'envie que l'exploitante agricole de 55 ans avait formulée, quelques jours plus tôt, rapportait il y a quelques mois l'Yonne Républicaine: tout quitter pour partir vivre avec son amant.

Mais à l'heure du rendez-vous, pas de Chantal, racontait alors Frédéric Mellet. Jusqu'à midi, il ne s'inquiète pas outre mesure. Son épouse a peut-être mis son projet à exécution. Pourtant, élément troublant, la quinquagénaire a laissé derrière elle son téléphone, ses clés de voiture et sa carte bancaire.

Frédéric Mellet finit donc par prévenir ses enfants et appelle les services de police. Dans la foulée, la gendarmerie lance un appel à témoins et entame des recherches. Une enquête pour "disparition inquiétante" est ouverte.

Le secteur passé au peigne fin

Les mois suivants, plusieurs dispositifs de recherche sont mis en place pour retrouver la trace de Chantal Mellet. Seront notamment passés au peigne fin l'exploitation des Mellet et les étangs environnants, en vain.

En octobre dernier, le parquet d'Auxerre récupère le dossier. Le Procureur de la République, Hugues de Phily, décide d'examiner plus précisément la possibilité de l'intervention d'un tiers, et ouvre une information judiciaire pour "homicide volontaire" contre X.

Ce n'est qu'en janvier dernier que Frédéric Mellet confirme, face aux enquêteurs, la rumeur d'une relation extraconjugale entre Chantal Mellet et un habitant de Joigny. Cette information a-t-elle renforcé certains soupçons des enquêteurs?

"Je suis transparent", clamait Frédéric Mellet

Le 18 mai, la plus jeune des filles du couple et le mari sont placés en garde à vue. Selon les propos de celle-ci dans Le Parisien, elle finit par acquiescer lorsque les policiers lui demandent si ses parents se disputaient parfois de manière violente. "Je crois que c'est ce qu'ils voulaient entendre, en fait", témoigne-t-elle auprès de nos confrères.

"Je suis transparent. Toutes les informations que j'ai pu avoir, je les ai transmises à la gendarmerie. Je l'ai même dit aux officiers, je n'ai rien à me reprocher", déclarait Frédéric Mellet auprès de nos confrères de l'Yonne Républicaine, en janvier dernier.

Malgré ses dénégations, ce dernier a été mis en examen, soupçonné d'avoir tué sa compagne, le 20 mai. Selon Hugues de Phily, cité par Le Parisien, si aucun élément matériel n'est venu étayer les soupçons des enquêteurs, les récits des proches de Frédéric Mellet au sujet de son emploi du temps présentaient des "incohérences".

"Sur la culpabilité vraie ou supposée de M. Mellet, [la question] devra être tranchée par la juridiction compétente", répond le procureur, contacté par BFMTV.com ce mercredi.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles