Yonne : un retraité tire sur des chasseurs, puis mord l'un des gendarmes venus l'interpeller

·2 min de lecture
Les faits reprochés au retraité se sont produits en septembre 2021 (Photo : Getty Images)

Âgé de 76 ans, cet ancien agriculteur est actuellement jugé par le tribunal judiciaire d'Auxerre.

La querelle de territoire a dégénéré. Un homme âgé de 76 ans résidant à Toucy (Yonne) a comparu ce mardi 4 janvier devant le tribunal d'Auxerre pour des faits de violence commis au mois de septembre 2021. Le retraité est notamment accusé d'avoir ouvert le feu sur des chasseurs, puis d'avoir mordu l'un des gendarmes venus l'interpeller.

Un conflit territorial récurrent avec les membres d'une société de chasse

Comme le révèle L'Yonne Républicaine, le septuagénaire, lui-même adepte de chasse, était en conflit depuis des années avec une société de chasse locale, à laquelle il n'appartient pas, pour des questions territoriales. "Ça fait quatorze ans que ça traîne, cette histoire, a notamment commenté l'intéressé devant le tribunal. Ils sont toutes les semaines sur mes terrains !".

Le 20 septembre dernier, ces tensions ont explosé lorsque trois chasseurs ont abattu un sanglier sur la propriété du retraité (selon lui) ou à la limite de celle-ci (selon les chasseurs). Le Toucyquois aurait alors saisi son propre fusil et ouvert le feu.

Combien de coups de feu a tiré le retraité ?

Là encore, les versions des événements diffèrent selon les protagonistes. Selon L'Yonne Républicaine, les chasseurs affirment que le retraité a tiré "deux ou trois" fois dans leur direction, tandis que celui-ci affirme avoir tiré un coup vers le sol "pour leur montrer (qu'il était) là".

À la suite de cette altercation, les chasseurs ont alerté les forces de l'ordre et un détachement de gendarmerie est venu sur place pour interpeller le suspect, qui avait entretemps pris le volant de sa voiture personnelle. C'est au cours de l'interpellation que le septuagénaire a mordu l'un des militaires.

"On m’a tiré comme un sac de patates et on m’a foutu par terre"

"Il y avait beaucoup d’armes braquées sur moi. J’ai été menotté dans le véhicule. On m’a tiré comme un sac de patates et on m’a foutu par terre. J’étais à plat ventre. Il met sa main dans ma bouche. Je l’ai mordu pour qu’il l’enlève", a-t-il expliqué devant le tribunal, dans des propos relayés par L'Yonne Républicaine. 

Le quotidien local précise que la substitut du procureur a requis "quatre mois d’emprisonnement avec sursis et la confiscation des armes du prévenu" pour ces faits. Au terme de l'audience du mardi 4 janvier, le tribunal a mis son jugement en délibéré. Sa décision sera rendue le 1er février.

VIDÉO - Manifestation des chasseurs en colère en France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles