Dans les yeux de Thomas Pesquet : Uluru, le massif sacré des aborigènes

·1 min de lecture

Le monolithe d'Uluru, aussi appelé Ayers Rock est un immense rocher isolé qui domine la plaine d'Alice Springs, au centre de l'Australie, dans le Territoire du Nord. Il a une hauteur de 348 mètres et change de couleur en fonction de la course du soleil.

Selon les aborigènes Anangu, qui en sont les gardiens, ce paysage contiendrait les traces d'évènements du temps des rêves, qui symboliserait l'origine du monde. Le livre Les Aborigènes d'Australie, co-écrit par l'ethnographe Stephen Muecke et Adam Shoemaker, spécialiste de la culture aborigène, raconte que ce lieu sacré « fut le théâtre d'une terrible bataille entre les Kuniya (les Pythons des Rochers) et les Liru (les Serpents venimeux) qui marqua la fin du temps du rêve et inaugure l'âge des Hommes. »

Depuis 2019, l'ascension du rocher — attraction très prisée par les touristiques — est interdite, conformément à ce que les Anangu réclamaient depuis longtemps.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles