Yellen appelle les grandes économies à dépenser plus

par Andrea Shalal et David Lawder
·2 min de lecture
YELLEN APPELLE LES GRANDES ÉCONOMIES À DÉPENSER PLUS

par Andrea Shalal et David Lawder

WASHINGTON (Reuters) - La secrétaire au Trésor américaine, Janet Yellen, a mis en garde jeudi contre le risque de divergences durables au sein de l'économie mondiale après la crise du coronavirus et appelé les grandes puissances à favoriser la reprise en augmentant la dépense budgétaire.

Dans un communiqué adressé au comité de pilotage du Fonds monétaire internationale (FMI) et de la Banque mondiale (BM), la responsable de la politique économique américaine a aussi souligné la nécessité de continuer à soutenir les pays en développement face aux dangers simultanés de la pandémie de COVID-19, du dérèglement climatique et de la dette publique.

Elle a notamment demandé à la Banque mondiale d'aider tous les pays, et particulièrement les plus pauvres, à accéder aux vaccins contre le COVID-19.

Les Etats-Unis s'engagent à apporter quatre milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) à COVAX, l'initiative internationale de distribution de vaccins, a précisé Janet Yellen, ajoutant que Washington pourrait directement fournir des doses excédentaires à certains pays.

"La crise a exacerbé la tendance à l'augmentation des inégalités de revenus, ce qui suscite des inquiétudes sur le creusement des divergences dans les pays et entre eux. Nous sommes aussi confrontés à la menace existentielle du changement climatique. Nous ne pouvons résoudre ces problèmes que par le biais d'une coopération internationale forte", a dit la secrétaire au Trésor de Joe Biden.

Celle qui a dirigé la Réserve fédérale, la banque centrale des Etats-Unis, a ajouté qu'un soutien budgétaire et monétaire important des grandes puissances avait permis une nette amélioration des perspectives de l'économie mondiale mais que des efforts supplémentaires restaient nécessaires.

Washington a déjà mis en oeuvre un plan de relance de 1.900 milliards de dollars et Joe Biden a présenté un plan d'investissements dans les infrastructures de quelque 2.000 milliards, des initiatives que Janet Yellen a souhaité voir imitées par d'autres pays.

"Au vu des incertitudes élevées et du risque de séquelles permanentes, le travail n'est pas encore achevé", a-t-elle jugé. "J'appelle les grandes économies non seulement à éviter de retirer trop tôt des mesures de soutien mais aussi à s'efforcer d'apporter de nouveaux soutiens budgétaires significatifs pour assurer une reprise solide."

Elle a également estimé que certains pays en développement auraient besoin de nouvelles mesures leur permettant de faire face à leur endettement.

(Version française Marc Angrand)