Yazdan Yazdanpanah, infectiologue : « Il est plus efficace de tester ​​les passagers au départ de la Chine »

© Christophe Ena/AP/SIPA

La France impose des tests négatifs aux passagers embarquant depuis la Chine, l’Italie et l’Espagne contrôlent à l’arrivée… Qu’est-ce qui est le plus efficace ?

Il est certainement plus efficace de tester les passagers au départ de la Chine, comme vient de le décider la France . Cela n’empêche pas des passagers malades qui seront en période d’incubation, dont le test serait négatif, d’embarquer. Mais cette mesure retarde l’arrivée éventuelle de nouveaux variants – s’ils existent – sur le territoire français. Pour les tests aux frontières, c’est le grand sujet depuis le début de 2020 ! Ça fait toujours débat. Mais aucune étude n’a montré que pratiquer des tests à l’entrée d’un pays empêchait un variant ou un virus d’arriver dans ce pays. Il n’y en a aucune preuve scientifique. Cette mesure ne peut que retarder l’arrivée éventuelle de nouveaux variants, mais elle est plus difficile à organiser et moins efficace que de tester les passagers au départ. Au début de 2021, quand le variant Alpha est arrivé et que la couverture vaccinale était encore faible en France, les tests aux frontières répondaient à cette logique : retarder l’arrivée d’un virus et gagner du temps. Toutefois, il est faux de croire que des tests aux frontières empêchent un virus de circuler .

"

Ce qui se passe aujourd’hui en Chine, c’est ce qu’on a connu en décembre 2021-janvier 2022 en France

"

À l’arrivée en France, des tests aléatoires seront pratiqués sur les passagers en provenance de Chine. Pourquoi ?
Une su...


Lire la suite sur LeJDD