Comment Yannick Jadot intègre ses concurrents de la primaire à sa campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Yannick Jadot photographié le 28 septembre à Pantin, après sa victoire à la primaire écolo.  (Photo: via Associated Press)
Yannick Jadot photographié le 28 septembre à Pantin, après sa victoire à la primaire écolo. (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - Après la pluie, le beau temps. Alors que les jours qui ont suivi la victoire de Yannick Jadot à la primaire ont été marqués par des tensions internes, tout se met finalement en ordre de marche. Au point que ce vendredi 8 octobre, les ex-adversaires de l’eurodéputé (à l’exception notable de Jean-Marc Governatori) ont chacun hérité d’un rôle spécifique pour la campagne à venir.

À l’occasion d’un déplacement à Lyon pour les journées parlementaires organisé par le groupe écolo du Sénat -et censé réunir “l’équipe de France de l’écologie”- Yannick Jadot a dévoilé les responsabilités de conseillères et conseillers spéciaux qu’occuperont Sandrine Rousseau, Delphine Batho et Éric Piolle dans les mois à venir.

Et alors que la candidate écoféministe espérait que son score élevé du second tour lui permettrait d’obtenir un ticket de vice-candidate, celle-ci se retrouve finalement conseillère spéciale sur les questions liées aux discriminations et à la précarité. Deux thématiques qui étaient centrales dans sa campagne à la primaire. Delphine Batho, qui avait imposé le thème de la décroissance durant sa campagne, travaillera de son côté sur “la sécurité nationale face aux effondrements et à la résilience”.

Quant au maire de Grenoble Éric Piolle, il occupera le poste de conseiller spécial à “la grande coalition écologiste”. Une affectation cohérente pour celui qui proposait le rassemblement de “l’arc humaniste”, qui irait des déçus du macronisme à Jean-Luc Mélenchon. Jean-Marc Governatori n’est pour sa part pas inclus dans ce dispositif. En cause, ses propos tenus au lendemain du premier tour, accusant Europe écologie-Les Verts d’avoir organisé un “vote vicié” dont il contestait les résultats.

À voir également sur Le HuffPost: Sandrine Rousseau aura mis trois jours à soutenir Yannick Jadot

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles