"Yann Barthès a été vraiment nul, nul, nul" : Furieuse, une accusatrice de PPDA lui reproche son interview

En mars 2021, Patrick Poivre d'Arvor apparaissait sur le plateau de l'émission Quotidien, quelques semaines après la plainte déposée contre lui par la romancière Florence Porcel pour viols ; une enquête judiciaire avait été ouverte par le parquet de Nanterre. L'ancien journaliste de TF1 répondait aux questions de l'animateur Yann Barthès lors d'une interview pas franchement musclée, lui laissant champ libre pour démentir et donner sa version des faits. Depuis, 20 femmes ont pris la parole, réunies par Médiapart le 9 mai 2022. Une des plaignantes, Emmanuelle Dancourt, a très mal vécu l'interview sur TMC, jugée complaisante.

Invitée sur le plateau d'Estelle Midi, le 10 mai sur RMC, Emmanuelle Dancourt, a réagi à l'affaire PPDA qui donne désormais lieu à un procès médiatique en plus de celui qui se joue auprès de la justice. "Le procès médiatique, c'est lui qui l'a engagé le 3 mars 2021 quand il a été chez Yann Barthès, qui a été vraiment nul, nul, nul au niveau interview, il était dans ses petits chaussons. PPDA, on lui donnait le Bon Dieu sans confession. C'est lui qui a démarré le tribunal médiatique. Nous, on était à la police à ce moment-là, et c'est quand on a été classées sans suite [en juin 2021, après cinq mois d'investigations et le témoignage de plusieurs femmes en plus de Florence Porcel, NDLR] qu'on a commencé à faire une tribune dans Le Monde, le 9...

Lire la suite

À lire aussi

"Il n'est pas du tout devenu un paria" : Furieuse, une accusatrice de PPDA dénonce son absence de "gêne"
Véronique Genest furieuse après la mort de sa mère : elle accuse un EHPAD de négligences
"L'homme qu'elles décrivent n'est pas celui que j'ai connu" : Claire Chazal défend PPDA lourdement accusé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles