Yakuzas, "drapeau de la haine", sexisme : 9 polémiques qui ont entaché les JO de Tokyo

·1 min de lecture

Les Jeux olympiques de Tokyo semblent finalement bien partis pour avoir lieu cet été. Après un décalage d'un an à cause du Covid-19, les autorités japonaises tiennent absolument à tenir l'événement. Mais la pandémie n'est pas le seul obstacle rencontré lors de la préparation des jeux. Voici les 9 scandales et polémiques qui en ont émaillé l'organisation.

La photo de tous les dangersEn septembre 2014, les rédactions japonaises reçoivent une curieuse photo d'un informateur anonyme, les invitant à enquêter. Sur celle-ci, deux Japonais tout sourire prennent la pose. À gauche, Hidetoshi Tanaka, vice-président du Comité olympique japonais. À droite, Shinobu Tsukasa, le chef du Yamaguchi-gumi, l'organisation mafieuse la plus puissante du Japon. Un journaliste du Keiten Shimbun qui cherchait à authentifier la photo a été attaqué dans la nuit du 30 septembre par deux individus qui l'ont battu à coups de battes de baseball. Dès le lendemain, la plupart des rédactions nippones reçoivent un coup de fil (toujours anonyme), érigeant les violences contre le journaliste comme les représailles qui attendent ceux qui oseraient publier la photo. Succès total, aucune rédaction ne le fera. Il faudra attendre un article du journaliste d'investigation Jake Adelstein sur Slate, spécialiste des groupes mafieux au Japon - les yakuzas -, le 2 janvier pour que cette affaire éclate au grand jour. Dans son article, un fonctionnaire de police explique que s'ils sont avérés " de tels liens...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République