Yaël Braun-Pivet recadre Louis Boyard, qui dénonce le « trucage » des débats au Parlement

Photo
BERTRAND GUAY / AFP

POLITIQUE - Vendredi 20 janvier, 23 heures 15. Le député insoumis Louis Boyard explique sur BFMTV la stratégie de son groupe à l’Assemblée nationale pour s’opposer à la réforme des retraites. « On sera force de proposition, et on déposera des amendements propositionnels », assure l’élu du Val de Marne, qui se dit pourtant « pas naïf » sur l’issue des discussions menées par la majorité.

Mais c’est la suite de son intervention qui fait aujourd’hui polémique.

« Les débats au Parlement seront truqués par le fait qu’ils ont un accord avec LR, et qu’ils se réuniront après le passage au Sénat, dans une commission mixte paritaire, dans une petite chambre en huis clos, et ils choisiront eux-mêmes les amendements qu’ils veulent », a déploré Louis Boyard, décrivant ainsi un parcours législatif manipulé et dont l’issue est connue d’avance.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une façon de réduire le Parlement à une chambre d’enregistrement des projets gouvernementaux et un vocabulaire laissant entendre que le débat parlementaire est dévoyé qui ont fait bondir la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet.

« Un vote majoritaire au Parlement n’est jamais un ’trucage’. C’est le principe même de notre démocratie, celle qui vous fait vivre et que vous devriez vous efforcer de faire vivre en retour », a grondé la députée des Yvelines.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Avant la présidente de l’Assemblée, plusieurs élus (et non uniquement membres de Renaissance) ont également dénoncé les propos de Louis Boyard. « Dixit celui qui appartient à un parti où les décisions de nomination et d’attribution de responsabilités sont décrétées ’à l’unanimité’ sans vote et donc… trucage », a par exemple taclé le député LR de l’Aisne Julien Dive.

« Quelle indécence que ces propos de révolutionnaire de salon. Il doit sûrement confondre avec ses AG étudiantes où 30 hurluberlus empêchaient 2 000 autres d’étudier », a renchéri son collègue LR du Nord, Pierre-Henri Dumont.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi