Yaël Braun-Pivet, première femme présidente de l’Assemblée nationale

Quel est le parcours de Yaël Braun-Pivet ? (Photo d'illustration)
Quel est le parcours de Yaël Braun-Pivet ? (Photo d'illustration)

Première femme présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, novice en politique il y a cinq ans, a connu des débuts poussifs durant l'affaire Benalla puis su se faire des alliés, une nécessité dans le chaudron de la nouvelle Assemblée. Aussitôt après son élection, l'élue des Yvelines, 51 ans, a promis d'être « la garante exigeante » du « dialogue » à l'Assemblée, qui sera « la fondation sur laquelle nous pourrons bâtir du consensus, des compromis », alors que les macronistes ne sont plus majoritaires à eux seuls.

Pour monter au Perchoir, et jouer ce nouveau rôle à la croisée de la majorité et des oppositions, elle a quitté samedi le gouvernement, après seulement un mois et cinq jours au ministère des Outre-mer, au grand dam d'élus de ces territoires. En cinq ans de présidence de la commission des Lois, elle est devenue une figure incontournable du Palais-Bourbon. « J'ai tenu la barre face aux crises, du terrorisme à la pandémie », sujets de sa commission, fait-elle valoir. Et de vanter sa « nouvelle méthode de travail, faite d'écoute » et de « coconstruction » y compris avec les oppositions, dont elle a su se faire apprécier. Les femmes « doivent réussir en politique sans imiter ou s'adapter à un modèle masculin », juge Yaël Braun-Pivet.

Désormais face aux élus RN et LFI en force, « il faut quelqu'un de stable et expérimenté, avec un sens de la repartie », relève un ministre qui la soutient. Cette descendante de « l'immigration slave, juive polonai [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles