Yémen : la stratégie de la famine

Benoît Collombat
L’analyse des bombardements au Yémen révèle que les sites liés à l’alimentation constituent la troisième cible visée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Les sites civils font partie des objectifs de la coalition militaire engagée dans la guerre au Yémen. C’est ce que démontre l’analyse des 19 278 bombardements recensés au Yémen entre le 26 mars 2015 (début de la guerre) et le 28 février 2019.

Disclose, dont la cellule investigation de Radio France est partenaire, s’est appuyé sur le travail du Yémen data project qui rassemble des données non officielles sur les bombardements au Yémen. Ces éléments proviennent de sources ouvertes qui ont été recoupées à l’aide d’information recueillies par l’ONG britannique Acled (Armed Conflict Location and Event). À cela s’ajoutent les données publiques de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’IPC (Integrated Food Security Phase Classification.

Fermes, marchés, silo à grain et à farine, réserve de fruits et de légumes, boulangeries, usines d’embouteillage, bateaux de pêche ou réservoir d’eau potable : 1 140 bombardements ont ciblé la production agricole et l’approvisionnement en nourriture du pays. Un chiffre qui fait du secteur alimentaire la troisième cible la plus visée par les frappes de la coalition, derrière les objectifs militaires (4 250 bombardements) et les zones d’habitation (1 883).
De quoi s’interroger sur la mise en place d’une véritable stratégie de la famine au Yémen.

"Affamer les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi