Yémen: les Houthis reconnaissent leur responsabilité dans la mort de dizaines de migrants

·2 min de lecture

Au Yémen, les rebelles houthis reconnaissent finalement leur responsabilité dans l’incendie qui a tué au début du mois plusieurs dizaines de migrants dans la capitale Sanaa. Ils ont annoncé des sanctions contre certains de leurs responsables.

Une vidéo obtenue par l'AFP montrait des dizaines de corps calcinés entassé les uns sur les autres. Le 7 mars, dans un centre de rétention de Sanaa, des gardes houthis ont enfermé plusieurs centaines de migrants qui manifestaient contre leurs conditions de vie. Des dizaines d'entre eux sont alors morts dans un incendie qui dévaste le bâtiment. Selon l’ONG Human Rights Watch, le feu a été causé par des projectiles lancés par les gardes.

Les Houthis parlent d’abord de chiffres « exagérés », dénoncent une « politisation » du drame. Ce dimanche dans un communiqué, ils reconnaissent finalement leur responsabilité. Les gardes n’arrivaient pas à contenir l’émeute, ils ont lancé trois grenades lacrymogènes qui ont mis le feu à un matelas en mousse, causant un incendie qui a fait selon les rebelles 45 morts et 200 blessés. Les Houthis affirment qu'une dizaine de gardes et plusieurs hauts responsables ont été arrêtés et qu'ils seront jugés.

À lire aussi Yémen: incendie dans un centre de rétention, l'OIM demande à avoir accès aux blessés

La majorité des migrants morts dans l'incendie sont des Éthiopiens. Malgré la guerre, les migrants de la Corne de l’Afrique continuent de passer par le Yémen pour rejoindre les pays du Golfe. Une guerre où les rebelles Houthis affrontent une coalition menée par l’Arabie saoudite.

En six ans, le conflit a fait des dizaines de milliers de morts, des millions déplacées, et qui a plongé le pays dans ce que l'ONU appelle la pire crise humanitaire au monde.

► À lire aussi: Des centaines de migrants traversent Djibouti chaque jour pour gagner le Yémen