Yémen: plus de 6.000 déplacés après l'avancée des rebelles autour de Hodeida

·3 min de lecture

Plus de 6.000 nouvelles personnes ont été déplacées dans l'ouest du Yémen en guerre, après la récente avancée des rebelles Houthis autour de Hodeida, une ville portuaire essentielle pour l'acheminement de l'aide humanitaire, dont dépend la majorité de la population, selon l'ONU.

Les rebelles Houthis ont pris le contrôle d'une vaste zone au sud de Hodeida, objet d'un cessez-le-feu en 2018, après que les forces du gouvernement ont abandonné des positions au sud de la ville, avaient indiqué vendredi des sources loyalistes sans donner de raison à ce retrait.

Lundi, la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite et soutenant les forces du gouvernement a évoqué dans un communiqué un "redéploiement et repositionnement" des forces "conformément à la stratégie militaire visant à soutenir le gouvernement yéménite dans sa bataille nationale sur tous les fronts".

"A la suite de ces événements, quelque 700 familles (environ 4.900 personnes) ont été déplacées vers la ville de Khokha, tandis que 184 autres familles (environ 1.300 personnes) ont été déplacées plus au sud vers le district de Mokha", a indiqué le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU, citant des sources gouvernementales yéménites.

Citant des humanitaires sur le terrain, l'Ocha a annoncé qu'un nouveau site pour les personnes déplacées, comprenant 300 tentes, avait été établi à Al-Khokha, où les autorités cherchent à ériger un autre camp.

L'avancée des Houthis devrait néanmoins "permettre d'améliorer les déplacements des civils entre les provinces de Hodeida et de Sanaa et à l'intérieur de Hodeida", selon l'Ocha. La capitale Sanaa est également sous contrôle des rebelles depuis 2014, date à laquelle la guerre a éclaté avec les forces du gouvernement.

Selon la Mission des Nations unies en appui à l'Accord de Hodeida (MINUAAH), qui appelle les parties à "discuter", le retrait des forces du gouvernement représente un "changement majeur des lignes de front" dans cette province.

- "Protéger les civils" -

Dans un communiqué, la mission a exhorté les belligérants à "respecter leur obligation de protéger les civils, en particulier les personnes déplacées, dans toute la province de Hodeida et notamment dans le sud, où des affrontements sont signalés".

En sept ans de guerre, les Houthis proches de l'Iran ont réussi à s'emparer de pans entiers du pays, en particulier dans le Nord qu'ils contrôlent largement.

En dépit de l'appui au gouvernement depuiq 2015 de la coalition militaire dirigée Ryad, rival de Téhéran, les rebelles avancent notamment à Marib, dernier bastion loyaliste dans le Nord.

La coalition a assuré lundi avoir tué plus de 140 insurgés au cours des dernières 24 heures dans des raids menés dans les provinces de Marib et Al-Bayda, au sud de Marib, selon l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

Depuis octobre, la coalition a annoncé environ 3.500 morts côté rebelles dans des frappes quasi quotidiennes pour repousser leur offensive sur la ville de Marib, chef-lieu éponyme de la province stratégique riche en pétrole.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et les Houthis communiquent rarement sur leurs pertes.

La guerre a plongé le Yémen dans l'une des pires catastrophes humanitaires au monde selon l'ONU, avec plus des deux tiers de la population dépendant de l'aide internationale. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées selon des organisations internationales.

bur-aem/awa

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles