XV de France : les dessous de l'accord obtenu pour le Tournoi des Six Nations

Mercredi, Fabien Galthié ­dévoilera la liste des 42 Bleus qui se rassembleront le 19 janvier pour préparer le Tournoi des Six ­Nations. Outre l'ossature des récents mondialistes, de nouveaux visages devraient apparaître : l'arrière Anthony Bouthier (Montpellier), le centre ou ailier Lucas Tauzin (Toulouse), l'ouvreur Louis Carbonel (­Toulon), le troisième ligne Selevasio ­Tolofua (Toulouse), les deuxième ligne Guillaume Ducat (Bayonne) et Killian Geraci (Lyon), le talonneur Anthony Étrillard (Toulon) ou ­encore le pilier Mohamed Haouas (Montpellier).

La Fédération et la Ligue ont trouvé un terrain d'entente cette ­semaine pour augmenter de 11 joueurs le quota en vigueur. Un supplément de main-d'œuvre ­réclamé par le sélectionneur. Encore fallait-il que les clubs employeurs des internationaux y trouvent leur compte. Selon les chiffres présentés à la table des négociations, auxquels nous avons eu accès, l'élargissement du groupe engendre un surcoût global de 370.000 euros pour les clubs concernés.

L'affaire a failli se conclure moyennant des jours de repos transformés en congés imposés aux Bleus avec l'assentiment de Provale. Mais la contre-­proposition formulée par le syndicat des joueurs a été balayée. Les tractations ont finalement accouché d'un système inédit, dont la durée de vie est circonscrite au seul Tournoi.

3e place budgétée, primes à débattre

Une part des revenus perçus par la Fédération de l'organisateur des Six Nations sera versée à la Ligue si les Bleus se classen...


Lire la suite sur LeJDD