XV de France contre Top 14, l’autre match

Libération.fr

Pour relancer les Bleus, qui affrontent l’Italie ce samedi, Bernard Laporte, patron de la FFR, ressort l’idée polémique des «contrats fédéraux».

Le XV de France au centre du jeu. La nouvelle organisation du rugby français que dessine Bernard Laporte, le président élu en décembre, modifie les équilibres du sport au détriment, peut-être, des clubs. «Il faut que l’équipe de France redevienne notre priorité», déclarait le patron de la Fédération française de rugby (FFR) le 26 février dans l’émission Stade 2, au lendemain d’une défaite aussi prévisible que piteuse contre l’Irlande (19-9). Dans l’air du temps, Laporte réclame un groupe tricolore avec moins de ressortissants étrangers (le règlement du rugby l’autorise), des performances plus pétaradantes, du spectacle, et de l’argent.

Pour les finances, c’est bien parti. Pour la première fois dans l’histoire du XV de France, un sponsor privé va s’incruster sur le maillot, dès le match contre l’Italie ce samedi à 14 h 30, pour l’avant-dernière journée du Tournoi des six nations. Le coq gaulois jouxtera ainsi le logo d’Altrad, spécialiste du matériel pour le BTP, par ailleurs partenaire d’un club du Top 14, Montpellier Herault, et intéressé au rachat de Gloucester en Grande-Bretagne… Mystérieuse, la FFR annonce avec Altrad un contrat «entre 0 et 3 millions d’euros».

Confrontation

Pour les résultats, la FFR ressort une idée qui rampe depuis plus de dix ans : le contrôle des joueurs six mois par an et leur rétribution via des «contrats fédéraux» (lire ci-contre), comme le font l’Irlande ou la Nouvelle-Zélande. Les internationaux auraient alors deux employeurs : la Fédération et leurs clubs. Ce qui fait craindre aux seconds d’être écrasée par la première. Furieux, les présidents de club ont exprimé leur désaccord mardi lors d’une réunion. Le nouveau système leur permettrait de faire des économies sur les salaires, mais les priverait de leurs vedettes environ sept mois par an, au lieu de quatre et demi aujourd’hui. Pour l’heure, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Pour les clubs, un projet ni Fédé ni à faire
Premier flocon
«Le Vendée Globe, c’est vraiment long»
Cyclisme: Brailsford (Sky) n’a pas l’intention de démissionner
F1: le Britannique John Surtees, doyen des champions du monde, est décédé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages