Xinjiang: La Chine sanctionne des personnalités US et canadienne

·1 min de lecture
XINJIANG: LA CHINE SANCTIONNE DES PERSONNALITÉS US ET CANADIENNE

PEKIN (Reuters) - La Chine a imposé samedi des sanctions contre deux responsables d'une organisation américaine de défense des libertés religieuses et un parlementaire canadien en réponse aux sanctions prises par les Etats-Unis et le Canada concernant le Xinjiang.

En début de semaine, les Etats-Unis, l'Union européenne, le Canada et la Grande-Bretagne ont imposé des sanctions contre des responsables chinois pour atteintes aux droits de l'homme dans le Xinjiang.

La Chine prévoit de prendre des mesures à l'encontre du président et du vice-président de la Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse internationale (Commission on International Religious Freedom, USCIRF), Gayle Manchin et Tony Perkins, a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Pékin a également décidé de sanctionner le député canadien Michael Chong, vice-président du comité permanent parlementaire des affaires étrangères et du développement international (FAAE) et de la sous-commission du FAAE sur les droits de l'homme qui a présenté un rapport ce mois-ci concluant que des atrocités avaient été commises au Xinjiang qui constituent des crimes contre l'humanité et un génocide.

Ces personnes ont l'interdiction d'entrer en Chine continentale, Hong Kong et Macau, a précisé le ministère, et les entités et citoyens chinois n'ont pas le droit de faire affaire avec elles ou d'avoir des échanges avec la sous-commission.

Des défenseurs des droits de l'homme et des experts de l'Onu estiment qu'au moins un million de Ouïghours sont détenus dans des camps dans le Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, où ils seraient soumis au travail forcé, à la torture et à des campagnes de stérilisation, des accusations rejetées par Pékin.

(Ryan Woo, version française Gwénaëlle Barzic)