"Working Woman" : le harcèlement sexuel au travail par une réalisatrice israélienne

Jacky Bornet
Après "Invisible" (2013), sur le répprochement entre deux femmes violées, Michal Aviad traite du harcèlement sexuel dont une mère de famille est victime à Tel Aviv. Tourné avant la naissance du mouvement ♯MeeToo, "Working Woman" arrive à point nommé en élargissant le sujet, de la sphère médiatique (cinéma, presse, arts…) au monde professionnel.

Cas d’école

Documentariste passée à la fiction, on peut compter sur la réalisatrice israélienne Michal Aviad pour aborder avec réalisme le harcèlement sexuel au travail dans "Working Woman". Tant dans l’installation de son intrigue que dans la psychologie de ses personnages, son film touche par ses qualités d’observation et son émotion.

Mère de trois enfants, fraîchement emménagée à Tel Aviv avec son mari qui vient d’ouvrir un petit restaurant, Orna s’improvise agent immobilier. Forte de premiers succès qui la font évoluer rapidement, elle subit un patron de plus en plus intrusif. Lors d’un déplacement à Paris, ce dernier l’agresse sexuellement dans sa chambre. Prenant sur elle, elle n’en parle à personne. Mais opressée, elle se confie finalement à sa mère et son mari, qui la culpabilisent. Elle devra prendre une décision ultime pour rétablir l’harmonie dans sa famille, son couple, et recouvrer sa dignité.

Triple peine

Michal Aviad prend son temps pour décrire le milieu social dans lequel évolue sa future victime. Un changement de ville, les difficultés de son mari dont le restaurant peine à décoller, l’accaparement des enfants, sa réussite prometteuse dans son nouvel (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi