Woody Allen accuse Timothée Chalamet de l'avoir "dénoncé" en vue des Oscars

Poonam Singh Aujla
Le cinéaste Woody Allen sort ses mémoires

CINÉMA - Après avoir joué dans le film de Woody Allen,“Un jour de pluie à New York”, Timothée Chalamet a renié ce choix et pris ses distances avec le cinéaste dans la foulée du mouvement Metoo. Ce qui n’a pas plu à Woody Allen qui l’accuse dans ses mémoires d’avoir voulu ainsi mettre toutes les chances de son côté en vue de décrocher un Oscar.

“Timothée a déclaré publiquement qu’il regrettait d’avoir travaillé avec moi et qu’il avait donné son argent à une œuvre caritative. Mais il a juré à ma sœur qu’il était obligé de le faire, car il était candidat à un Oscar pour ‘Call me by your Name’. Lui et son agent estimaient qu’il avait une meilleure chance de gagner s’il me dénonçait. Alors il l’a fait”, écrit Woody Allen dans ses mémoires, A propos of Nothing (”à propos de rien”).

À noter que le positionnement de Timothée Chalamet sur les accusations du réalisateur s’est fait une semaine avant qu’il soit nommé par l″Académie des Oscars dans la catégorie meilleur acteur pour son rôle dans le film “Call me by you Name” de Luca Guadagnino. Un prix qu’il n’a pas remporté.

Accusé d’avoir agressé sexuellement sa fille adoptive, Dylan Farrow, alors qu’elle était âgée de 7 ans, Woody Allen a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. Certains de ses acteurs le soutiennent activement, d’autres s’en sont désolidarisés. 

C’est le cas de Timothée Chalamet qui s’était exprimé à ce sujet dans un post Instagram en janvier 2018: “Je ne veux pas profiter du travail de ce film (...). Je veux être capable de me tenir aux côtés des artistes courageux qui se battent pour que tous soient traités avec le respect et la dignité qu’ils méritent.”

L’acteur de 24 ans avait poussé la logique jusqu’à redistribuer le cachet perçu pour son film avec Woody Allen à plusieurs associations comme Time’s Up, qui aide les femmes victimes d’harcèlement au travail en participant au frais juridiques, mais...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post