Comment Woodstock est entré dans la légende

franceinfo Culture avec agences

Trois jours passés dans la gadoue, érigés en symbole de la génération "Peace and love"... Organisé entre le 15 et le 18 août 1969, le festival de Woodstock a marqué l'histoire de la musique et est entré dans la légende, les mythes qui l'entourent se confondant dorénavant avec la réalité.

En 1969, la société américaine est déchirée par les manifestations contre la guerre du Vietnam, le mouvement des droits civiques et les assassinats de Martin Luther King Jr et Robert Kennedy, un an plus tôt. Comme remède à la colère, Woodstock promet "trois jours de paix et de musique".

Quelques artistes mis à l'affiche par le festival se sont engagés auprès de ces luttes qui secouent le pays, comme Country Joe and The Fish et son hymne à la paix au Vietnam Un, deux, trois, pourquoi nous battons-nous ?.
Mais pour certains, il est difficile de qualifier pour autant le festival de "politique".
"Pour les militants black power et anti-guerre, Woodstock c'était une blague", indique Martha Bayles, spécialiste culture et musique à l'université de Boston, à l'AFP. Dans l'esprit de ces activistes "ce n'était rien qu'une bande de hippies drogués qui n'étaient pas sérieux, qui ne comprenaient pas l'ampleur de la situation", analyse-t-elle.





Pour Joan Baez, c'était une "fête de joie, pas une révolution"

L'artiste probablement la plus engagée du festival, Joan Baez (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi