«Wokisme» : à la Sorbonne, les dissonances autour d'une association laïque

"Dernier Espoir" est une association étudiante née à Paris. La mission de ses quinze adhérents : promouvoir la laïcité. Ils ont par exemple organisé un concours de caricatures après l’assassinat de Samuel Paty , et espèrent rebaptiser un amphithéâtre de la Sorbonne "Charb". Cependant, aux yeux de plusieurs étudiants qui se plaignent sur les réseaux sociaux, cette association apolitique qui soutient Mila serait "raciste" et "islamophobe". Sur les bancs disposés en arc de cercle, - l’emblématique "fosse" de Tolbiac -, Lydia et Floriane discutent. Elles sont assises au pied de l’immense tour du centre Pierre Mendès-France de la Sorbonne, surnommé "Tolbiac", dans le 13e arrondissement de Paris.

"Certains étudiants mettent dans le même panier racisme et critique d'une religion"

Lydia a 18 ans. Elle vient tout juste de commencer sa licence de philosophie mais porte déjà une étiquette. "On dit que je suis de droite, que je suis fasciste, alors que je ne me sens pas du tout de droite !", regrette-t-elle. "Certains étudiants mettent dans le même panier racisme et critique d'une religion", souligne la jeune femme. "Je pense que les jeunes de notre âge ne savent pas ce qu'est la laïcité, ni ce qu'elle représente", pointe-t-elle. "Ils ne savent pas non plus que la laïcité les protège".

>> LIRE AUSSI - La pensée «woke» ou la «tyrannie des minorités» pour Michel Onfray

Ces critiques vont très loin pour la présidente de l’association, Floriane, 20 ans. Elle est victime de cyberharc...


Lire la suite sur Europe1