"Winter is coming" a un sens caché dans "Game of Thrones", révèle l'auteur de la saga

Thomas Louisy
Kit Harington et Kristofer Hivju dans la série

SÉRIES - "Winter is coming", trois mots qui parlent à tous les fans de la saga "Game of Thrones". Si certains d'entre eux ont émis plusieurs hypothèses autour de la réelle signification de cette célèbre phrase, son auteur George R.R. Martin a enfin levé le voile sur ce mystère qui dure depuis sept saisons.

Dans une interview accordée au New York Times Style Magazine, l'écrivain de 70 ans a admis l'idée selon laquelle cette devise de la Maison Stark (et titre du tout premier épisode) a une connotation politique, faisant référence au réchauffement climatique. "Il y a un certain parallèle", indique-t-il. "Les habitants de Westeros mènent leurs batailles individuelles pour le pouvoir, le statut et la richesse. Et ces combats les distraient tellement qu'ils ignorent la menace de 'l'hiver qui arrive', qui a le potentiel de les détruire tous".

Et l'auteur de poursuivre le parallèle avec la situation dans le monde en 2018: "Nous nous battons pour des questions importantes, comme la politique étrangère, la politique intérieure, les droits civils, la responsabilité et la justice sociale. Mais pendant que nous nous déchirons à cause de cela et que nous dépensons tant d'énergie, il existe une menace de changement climatique (...) qui a vraiment le potentiel de détruire notre monde".

Selon R.R Martin, ce phénomène environnemental n'est pas suffisamment pris au sérieux par les Américains, qui s'inquiètent plutôt pour leur travail ou les prochaines élections. "Le changement climatique devrait être la priorité numéro une pour tout politicien capable de regarder au-delà des prochaines élections".

Les inconditionnels de "GoT" attendent avec impatience les dernières aventures de Jon Snow, Daenerys, Sansa et les autres personnages. La huitième (et dernière) saison sera diffusée à partir d'avril 2019 sur HBO.

À voir également sur Le HuffPost:


LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post