Winnie Harlow répond aux critiques après s'être plainte de voyager en classe éco

Stacie Arena
Winnie Harlow est actuellement en pleine promotion de

PEOPLE - “Bad buzz” pour Winnie Harlow. La top model, collaboratrice de Kim Kardashian, a posté ce 19 septembre une photo d’elle à bord d’un avion, se plaignant d’avoir dû “abandonner la classe business” suite à l’annulation de son vol en pleine Fashion Week. Critiquée dans la foulée pour ce message, Winnie Harlow a répondu sur son compte Instagram. 

“Je n’ai pas dormi depuis 4 jours et mon vol a été annulé. L’aéroport nous a transférées, mon équipe et moi, à bord du premier avion prêt à décoller mais nous avons dû abandonner nos sièges en première classe afin d’arriver à l’heure à mon shooting”, a écrit Winnie Harlow. Consciente de pouvoir s’attirer les foudres de ses abonnés suite à ces propos, la mannequin de 25 ans poursuit: “Je suis consciente que pour d’autres, ce n’est pas un problème, mais quand l’avion est votre chambre à coucher et qu’un vol est le seul moment où il vous est possible de dormir, c’est fatiguant.

Sa réponse cinglante au Daily Mail 

Quelques heures plus tard, le Daily Mail publiait un article fustigeant la mannequin de s’être plaint de la classe éco, et de surcroît, en mettant les pieds sur les sièges: “Winnie Harlow folle de rage déplore la classe éco de son avion (les pieds sur le siège et emmitouflée dans du Prada)”. Winnie Harlow a immédiatement réagi à l’article de tabloïd britannique, regrettant que son travail, en toutes circonstances, ne soit pas mis en avant. 

“Tout ce que vous avez retenu c’est: nous avons dû abandonner nos sièges en première classe. Le fait de ne pas voyager en classe business est un fait, pas un reproche. Si la classe comptait tant pour moi, j’aurais attendu le prochain vol. (...) Si je peux poster des photos en classe business, je peux le faire aussi en classe économique et être fière de cela. Fière qu’il soit plus important pour moi de travailler quoi qu’il arrive, que la manière dont j’y parviens....

Retrouvez cet article sur le Huffington Post