Willy Schraen, patron des chasseurs: "Le risque zéro n'existe pas"

·2 min de lecture
Le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, à Issy-les-Moulineaux, le 15 septembre 2020 (AFP/GEOFFROY VAN DER HASSELT)

Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, a estimé lundi que "le risque zéro n'exist(ait) pas", après les deux accidents de chasse "dramatiques" survenus la semaine dernière en France, tout en présentant ses "excuses".

"Evidemment ça tombe très mal ces accidents dramatiques, je m’en excuse", a-t-il dit dans un entretien à Sud Radio, évoquant une "petite loi des séries". "Le risque zéro n'existe pas, c'est comme ça".

"Il y en a très peu dans une année des accidents de ce genre, ils sont très rares" et surtout lorsque les victimes sont des "non chasseurs", a ajouté le président de la Fédération.

A propos de l'accident survenu samedi près de Rennes, où un automobiliste a été grièvement blessé par un chasseur - il est actuellement à l'hôpital entre la vie et la mort -, M. Schraen a exprimé sa surprise sur la trajectoire de la balle qui "a ricoché", "traversé des haies" et "n’a pas été retrouvée".

"J’espère juste que c'est bien la balle du chasseur", a-t-il dit.

Un autre accident de chasse s'était produit la semaine dernière: un promeneur a été blessé par un tir de chasseur alors qu'il marchait sur un sentier, jeudi en Haute-Savoie.

Le nombre d'accidents en France a beaucoup baissé, a assuré Willy Schraen: "En vingt ans, on a divisé par quatre tous les accidents, qu'ils soient mortels ou corporels", a-t-il affirmé.

Willy Schraen a par ailleurs qualifié de "débiles" les propositions faites vendredi par le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, d'interdire la chasse pendant le week-end et les vacances scolaires. "Si vous voulez interdire quelque chose, qu'ils interdisent la chasse tout court, parce que les gens qui chassent sont des gens qui travaillent".

Interrogé sur Emmanuel Macron, le président de la Fédération des chasseurs a déclaré: "Macron a fait des choses pour la chasse qu'aucun président n'avait fait jusqu'à présent", comme par exemple diviser par deux le montant du prix du permis de chasse.

"On a plutôt un bon bilan avec Macron, plutôt un mauvais bilan avec sa ministre de l’écologie" Barbara Pompili, a-t-il ajouté.

clp/fmp/vk

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles