Willow Smith, la fille de Will Smith, révèle être polyamoureuse

·2 min de lecture

Willow Smith a profité de l’émission qu’elle co-anime avec sa mère sur Facebook pour révéler qu’elle était polyamoureuse, c’est-à-dire qu’elle peut vivre plusieurs histoires en même temps, avec des partenaires consentants.

L’émission «Red Table Talk», animée sur Facebook par Jada Pinkett Smith et sa fille Willow, est souvent l’occasion d’échanger quelques confidences et d’aborder des sujets importants à leurs yeux. Mercredi, la fille de Will Smith a révélé être polyamoureuse, c’est-à-dire qu’elle peut être en couple avec plusieurs personnes en même temps, toutes étant informées et consentantes. «Imaginons que vous n’avez pas toujours été cette personne qui veut avoir des relations sexuelles mais que votre partenaire le souhaite. Est-ce que vous allez être cette personne qui va dire : "juste parce que je n’ai pas ces besoins, tu ne peux pas les avoir non plus"», a-t-elle expliqué. «C’est l’une des raisons qui m’ont fait m’intéresser au polyamour, parce que je l’ai découvert à travers un aspect non sexuel. Dans mon groupe d’amis, je suis la seule polyamoureuse et j’ai le moins de rapports sexuels», a-t-elle poursuivi. Elle a ajouté qu’elle ne serait cependant capable de vivre ces amours multiples qu’avec deux personnes en même temps.

Décidée à vivre sa vie comme elle l’entend, Willow Smith, âgée de 20 ans, a ajouté ne pas être convaincue par l’idée du mariage. «Juste l'histoire du mariage dans son ensemble et ce qu'il a représenté au fil des ans, pour les femmes en particulier… J'ai l'impression que la seule façon de me marier est - disons que mon ou mes partenaires et moi voulions aider les gens, et nous devions rassembler nos finances afin de concrétiser cette vision.»

D'autres révélations intimes

La famille Smith est très ouverte sur les questions intimes. En mars dernier, Willow avait déjà évoqué sa conception de l’amour et de la sexualité, se disant attirée par les filles. «Je n’ai pas l’impression d’être amoureuse d’une femme pour(...)


Lire la suite sur Paris Match