William Saurin, Garbit, Zapetti... Comment l'inflation a mis le groupe Cofigeo en difficulté

© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La hausse du prix de l'énergie se poursuit et met de plus en plus d'entreprises en difficulté. Des petits artisans, des verriers, des boulangers, des bouchers, mais aussi des grands groupes comme Cofigeo  qui commercialise les marques William Saurin, Garbit ou Zapetti. Quatre de ses huit usines sont à l'arrêt, les trois quarts de ses salariés en activité partielle longue durée. Comment l'entreprise en est-elle arrivée là ?

40 millions d'euros de facture d'énergie

Cofigeo est coincée entre deux feux. Son premier problème est l'énergie qui devrait lui coûter dix fois plus cher. L'année prochaine, la facture devrait passer de quatre à 40 millions d'euros. Selon les informations d'Europe 1, cette flambée des prix ne devrait lui donner droit qu'à une modeste aide de l'État, l'entreprise n'étant pas considérée comme assez consommatrice en énergie.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Hausse des coûts des matières premières

L'autre problème est la hausse des coûts des matières premières comme le prix du blé dur ou des tomates difficiles à répercuter sur les prix de vente. Ces deux effets se cumulent. Les négociations commerciales ont débuté début décembre. D'après les informations d'Europe 1, Cofigeo est en bras de fer avec la grande distribution pour obtenir des hausses de prix de vente. Les fermetures d'usines de la maison mère de William Saurin répondent donc à une double stratégie : faire pression dans les négociations commerciales et assurer la survie ...


Lire la suite sur Europe1