Wilders à l’isolement, les Pays-Bas à la recherche d’une coalition

Libération.fr
Le Premier ministre Mark Rutte à La Haye, mercredi soir.

Deuxième de l'élection néerlandaise mercredi, le parti d’extrême droite enregistre une progression limitée. Au Premier ministre sortant, le libéral Mark Rutte, dont le parti est arrivé en tête, de trouver des alliés au sein d’un Parlement fragmenté.

Au lendemain de l’élection générale néerlandaise, tout le monde semble avoir gagné : le Premier ministre sortant Mark Rutte, dont le parti populaire démocrate et libéral (VVD) arrive en tête. L’europhobe et islamophobe Geert Wilders, qui se frotte les mains d’avoir dominé la campagne avec son agenda populiste et devient, de fait, leader de l’opposition. Le parti de gauche écolo GroenLinks, qui réalise une belle percée et fait plus que tripler sa présence au parlement. Les politiques européens, à l’instar d’Angela Merkel ou François Hollande, qui ont dit leur soulagement de ne pas voir s’imposer le leader de l’extrême droite, à quelques mois des élections dans leurs pays respectifs.

Les résultats ne sont pas encore définitifs, mais ils ne devraient pas différer de «plus d’un ou deux sièges», sur les 150 que compte la Chambre basse du parlement et qui étaient remis en jeu mercredi, assure Christopher Houtkamp, chercheur en politiques européennes à l’université d’Amsterdam.

A lire aussiComprendre les élections législatives aux Pays-Bas

Que montrent les résultats ?

Avec 33 sièges (21,3% des voix), le parti libéral du Premier ministre Mark Rutte arrive en tête. Déjà à la manœuvre pour tenter de former une majorité de coalition, il a salué une victoire contre ce qu’il appelle «le populisme de mauvais aloi». C’est tout de même dix sièges de moins que dans la Chambre basse actuelle.

Le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders, lui, a remporté 20 sièges (contre 15 aujourd’hui). C’est moins que ce que lui attribuaient plusieurs sondages jusqu’au mois de février, mais pour le leader populiste, «le génie ne retournera pas dans la lampe». Sa voix ne pourra être ignorée, et son score fait de lui le principal leader de l’opposition, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Italie: une dizaine de blessés légers lors d’une éruption de l’Etna
Maroc: le roi remplace le Premier ministre islamiste
«Opération London Bridge»: le plan secret pour révéler la mort d'Elizabeth II
Plus de 1,2 million de demandes d’asile dans l’UE en 2016
Comme l’EI, les forces irakiennes adoptent le drone armé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages