WikiLeaks et la CIA

Libération.fr


En informatique, on parle d’«obfuscation» pour qualifier les procédés visant à permettre à un logiciel d’effacer les traces pouvant potentiellement permettre d’identifier sa provenance, son auteur, voire ses fonctions cachées. Vendredi, l’organisation de Julian Assange a rendu publics 676 fichiers de code source du logiciel espion utilisé par la CIA pour masquer ses activités. Des documents que Libération, Mediapart et la Reppublica ont pu consulter. WikiLeaks explique vouloir aider les experts à identifier plus facilement les logiciels malveillants émanant de la CIA. De manière générale, les hackeurs prennent notamment un malin plaisir à faire transiter leurs attaques par des ordinateurs dans des pays étrangers pour qu’elles soient attribuées à d’autres Etats. Photo ap

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Le petit showroom dans la prairie
EDF a finalisé la cession partielle de sa filiale de réseau RTE
L’usine nucléaire du Creusot a accumulé les irrégularités
Recours en Conseil d’Etat contre l’autorisation unique aux éoliens
L’influence chinoise prospère dans l’économie française

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages