Whirlpool, hausse du chômage, Mim, Jonathan Demme : l'essentiel de l'actu de ce mercredi

Libération.fr
Emmanuel Macron devant les salariés de l'usine Whirlpool d'Amiens mercredi.

Vous n'avez pas suivi les infos de la journée ? On vous résume ce qu'il fallait en retenir dans cet article.

Whirlpool. Les deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle se sont chacun à leur tour rendus ce mercredi sur le site de l’usine Whirlpool d'Amiens, promise à la fermeture. Marine Le Pen, qui n'avait pas annoncé sa venue, a été accueillie par des selfies (la candidate a notamment été aperçue posant tout sourire à côté d’une salariée bientôt licenciée), le second par des sifflets au milieu d’une mêlée confuse. «Je ne vous fais pas de promesse en l’air», a déclaré Emmanuel Macron, interpellé notamment par François Ruffin. Au total, 286 emplois sont menacés.

Chômage. Après la légère baisse de février, le chômage a connu en mars une forte hausse, avec 43 700 demandeurs d’emploi sans activité supplémentaires (+1,3%). 

Syrie. L’attaque chimique contre la localité syrienne de Khan Cheikhoun, qui a tué 87 personnes le 4 avril, porte «la signature» du régime Damas, a accusé ce mercredi la France dans un rapport de ses services de renseignement. «Le recours au sarin ne fait aucun doute», selon le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Second tour. Jean-Luc Mélenchon ne rendra pas public son vote lors du second tour de la présidentielle, a annoncé ce mercredi son mouvement. Les sympathisants de la France insoumise sont appelés à se prononcer entre un vote blanc, un vote Macron ou l’abstention (l'option vote FN n'est pas proposée) sur la plateforme JLM2017, après l’élimination de leur candidat. Nicolas Sarkozy a de son côté indiqué dans une publication Facebook qu’il glissera un bulletin Macron dans l'urne le 7 mai. L'ancien président a qualifié son vote de «choix de responsabilité» et précisé qu’il ne vaut «en aucun cas» soutien au projet du candidat d'En marche.

Frontières. Le Conseil d’Etat a condamné ce mercredi l’Etat français à verser 15 000 euros aux parents d’une mineure de 17 ans qui avait quitté (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Macron face aux Whirlpool: «Je ne suis pas venu vous faire de la démagogie»
Affiches de campagne de Macron et Le Pen : «On est dans une bataille du physique»
Voter Macron, ce n’est pas un «chèque en blanc», selon Laurent du PCF
Le chômage repart en forte hausse en mars
Marine Le Pen : une heure sur TF1, six intox

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages