Le week-end où Ilie Nastase a disjoncté, au point de se faire exclure du match de Fed Cup Roumanie-Grande-Bretagne

Anthony Berthelier
Le week-end ou Ilie Nastase a disjoncté, au point de se faire exclure du match de Fed Cup Roumanie-Grande-Bretagne

SPORT - L'ancien champion de tennis Ilie Nastase, capitaine de l'équipe de Fed Cup de Roumanie, s'est illustré avec un festival de grossièretés et de propos déplacés, qui lui ont valu samedi 22 avril une exclusion et une enquête de la fédération internationale lors de la rencontre opposant son pays à la Grande-Bretagne.

Selon des médias anglais présents à Constanta en Roumanie, au cours du deuxième match de la journée de samedi, Nastase s'en est pris à l'arbitre ainsi qu'à la capitaine britannique Anne Keothavong et la joueuse Johanna Konta. Nastase s'était agacé des demandes de calme adressées au public de l'arbitre de chaise, s'écriant selon des propos rapportés par des médias anglais: "on n'est pas à l'opéra, c'est quoi ton p..tain de problème?".

Alors qu'il était escorté hors du court, il a continué à apostropher l'arbitre ainsi que le duo britannique avec des propos injurieux. Le match a alors été suspendu et Konta - qui affrontait la Roumaine Sorana Cirstea - a éclaté en larmes. Mais selon la BBC, sa réaction aurait plutôt été provoquée par des remarques insultantes de la part de spectateurs.

Chocolat au lait?

La star roumaine Simona Halep a demandé aux spectateurs de se calmer et le match a pu reprendre, sans Nastase sur le banc. Il s'est conclu par la victoire de Konta 6-2, 6-3, qui remet les Britanniques à égalité 1-1 avec les Roumaines. L'ancien N.1 mondial s'est vu retirer son accréditation et ne pourra plus prendre part à la rencontre, a annoncé la Fédération internationale de tennis (ITF), précisant qu'il faisait désormais l'objet d'une enquête pour l'ensemble de son comportement depuis vendredi.

Nastase a en effet tenus des propos déplacés dès la conférence de presse d'avant-match vendredi au sujet de la grossesse de Serena Williams. Les journalistes ont...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages