Dans "We Demain", les personnes en situation de handicap physique magnifiées

Antoine Lannuzel "voulait un sujet sur le handicap traité comme un sujet mode". Le rédacteur en chef du magazine We Demain explique sur franceinfo, mercredi 18 novembre, qu'il "voulait des gens qui bénéficient de la customisation de leurs prothèses de jambes ou de bras. Jusqu’ici, ils avaient des prothèses remboursées par la sécu, qui sont couleur chair et qu’on n'imite jamais bien". Le journaliste rend hommage à un orthopédiste qui a lancé un studio de création graphique à Roubaix (Nord) pour pouvoir "permettre aux personnes en situation de handicap d’avoir des prothèses qui deviennent presque des accessoires de mode". "Fière de montrer sa prothèse" Maintenant, l’une d’elles, une lycéenne, est "fière de montrer sa prothèse de jambe et revendique sa différence", précise-t-il. "L’idée de pouvoir magnifier une personne touchée par un handicap physique commence à être admise dans cette société de l’image. Un chemin a été fait ces dernières années", conclut Antoine Lannuzel.