We Demain : misandrie, quand les femmes revendiquent le droit à la défiance

L’incident vécu par Ursula von der Leyen, privée de chaise lors d’une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, a remis sur le devant de la scène le sexisme auquel peuvent être confrontées les femmes politiques. "C’est la parfaite expression de cette misogynie complètement assumée et qui fait partie d’une culture patriarcale, revendiquée comme étant la seule capable de régir les relations femmes-hommes dans le privé et le public", explique la journaliste de We Demain, Armelle Oger. "La misandrie n’est pas légitimée socialement" La misandrie, sur laquelle a enquêté la journaliste, est, elle, le pendant de la misogynie. "C’est un terme que l’on entend peu, parce que la misogynie fait partie de la vie, alors que la misandrie n’est pas légitimée socialement. Certaines femmes le revendiquent pourtant. Elles se sont posées des questions, pas seulement des jeunes féministes, mais aussi des femmes qui ont pris conscience de ce qu’elle avait vécu. Elles se sont dit qu’elles avaient le droit d’avoir de la défiance", souligne Armelle Oger.