Waze, Maps, Coyote : ce qui ne sera plus signalé à partir du 1er novembre

·2 min de lecture
À compter du 1er novembre, certains barrages et contrôles de police ne seront plus signalés sur les applications comme Waze, Maps ou Coyote.

À partir de ce lundi 1er novembre, les automobilistes vont devoir changer quelques unes de leurs habitudes car une partie des contrôles de police ne seront plus signalés par les applications comme Waze, Maps ou Coyote.

Une nouvelle réglementation de la circulation routière va entrer en vigueur ce 1er novembre. Pour les automobilistes qui ont l'habitude d'utiliser des applications tels que Waze, Maps, ou encore Coyote, il va falloir s'habituer à un changement, et pas des moindres. Dès ce lundi, il sera impossible de signaler les contrôles routiers effectués par les policiers et les gendarmes sur ces applications, mais uniquement sur dans certains cas de figure. 

Si les automobilistes essaient déjà de trouver des solutions alternatives comme signaler ces contrôles de police "avec des nids de poule", comme ce fut le cas pendant le premier confinement, ce nouveau décret ne va pas rendre impossible les alertes de contrôle sur toutes les routes. 

Si ce décret paru au Journal officiel le 19 avril dernier porte sur l'"interdiction de rediffuser tout message de nature à signaler la présence des forces de l'ordre sur les services électroniques d'aide à la conduite ou à la navigation par géolocalisation", il ne s'agit pas d'une interdiction systématique. 

Les contrôles de vitesse toujours signalés

Ces signalements des forces de l'ordre seront empêchés lorsqu'il s'agira de "contrôles routiers particulièrement sensibles", c'est-à-dire pour les contrôles d'alcoolémie, de stupéfiants, ou les barrages en cas d'une attaque terroriste ou d'une alerte enlèvement. Dans ces "zones blanches", il ne sera plus possible de signaler les contrôles pendant 2 heures et les barrages routiers pendant 12 heures maximum, dans un rayon maximal de 2 kilomètres en agglomération et de 10 kilomètres hors agglomération. Cette mesure ne concerne donc que les routes communales et départementales. 

Les automobilistes vont continuer à pouvoir signaler tous les contrôles sur les applications, mais cela ne sera pas visible par les autres utilisateurs, indique Le Parisien. Ce sont les applications qui auront à charge de supprimer ces avertissements. Quant aux contrôles de vitesse, qui préoccupent de nombreux automobilistes, ils pourront toujours être signalés et affichés sur ces applications d'entraide entre conducteurs.

VIDÉO - Baisser le prix des carburants, une technique rentable pour la grande distribution ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles